Le Kufr peut venir par l’action seule

Dr Shaykh ‘Alawi Saqqaf a écrit une Risalah intitulé « Tawassut wal Iqtisad fi Annal Kufra yakunu bil Qawl awil Fi’l Awil I’tiqad » montrant que le Kufr peut arriver par la parole, l’action ou la croyance.

Et cette Risalah fut introduite par shaykh Ibn Baz qui a dit que sa publication est bénéfique pour les Musulmans.

Dr Saqqaf a cité beaucoup de paroles de Salaf et Ahlus Sunnah, et il a aussi cité des Ash’aris, Matouridis, et mixes qui bien qu’ayant de l’Irja, cependant ont dit des paroles de vérités.

Voici quelques citations de ce livre:

Abu Thawr dit : “Et s’il dit que le Messie (‘Isa (aley salam)) est Allah et rejette un sujet de l’Islam et dit : « Mon cœur ne croit en aucune chose de cela (de ce que j’ai dit) » alors il est Kafir du fait de sa manifestation de cela et n’est pas croyant (Moumin). (« Shar Usul ul I’tiqad » de Lalika’i vol 4 849 Dar Taybah)

Ishaq ibn Rahawayah dit : “Parmi ceux au sujet desquels le Takfir est agrée et ils ont été jugés comme est jugé celui qui rejette (Jahid) est le croyant qui croit en Allah (Ta’ala) et en ce qui vient de Lui, ensuite il tue un Prophète ou aide dans son assassinat et même s’il affirme (kana Muqirran) et dit : tuer les prophètes est Haram, il est alors Kafir; et de même pour celui qui insulte un Prophète ou réfute sa parole sans Taqiyah ou crainte (c’est-à-dire Ikrah, coercition sous peine de mort) (« Ta’zim Qadr As Salah »)

Imam Ishaq dit aussi : “Les Musulmans sont d’accords sur le fait que celui qui insulte le Prophète (saw) ou repousse (Dafa’a) quelque chose de ce qu’Allah (‘Azza wa Jalla) a révélé ou tue un Prophète parmi les Prophètes d’Allah, il est alors Kafir même s’il affirme (comme véridique) tout ce qu’Allah a révélé. » (« Sarim Al-Maslul » de ibn Taymiyah)

An-Nawawi dit : « Les choses brisant l’Islam et cela vient parfois avec la parole qui est du Kufr et parfois avec l’action, et les actions rendant le Kufr obligatoire sont celles qui viennent avec intention claire de moquerie de la religion comme la prosternation aux idoles ou soleil, ou jeter le Moushaf dans les ordures et la magie qui inclut l’adoration du soleil et chose similaire à cela. L’Imam dit : j’ai vu dans certaines notes de mon Shaykh que l’action en soi (bi Moujariddihi) n’est pas du Kufr et il dit : ceci est une grande erreur du Mu’aliq et je la mentionne afin d’avertir de son erreur et l’apostasie vient de la parole qui est du Kufr; que cela se produise avec croyance ou ‘Inad ou moquerie » (« Rawad ut Talibin »)

Ibnul Humam dit : « Celui qui plaisante avec des mots de Kufr devient apostat même s’il ne croit pas (en ces mots) à cause de son Istikhfaf (rabaissement), et ceci est le Kufr de Al-‘Inad, et les paroles avec lesquelles on devient Kafir sont connues dans les Fatawa. » ( « Fath ul Qadir »)

ibn Nujaym Al-Hanafi dit dans « Bahr Ar-Raiq » : “Et la conclusion est que celui qui parle avec des paroles de Kufr en plaisantant ou s’amusant devient Kafir pour tous et il n’y a pas de considération de la foi comme cela est affirmé par Qadhi Khan dans ses Fatawa et celui qui parle avec erreur ou sous contrainte alors il n’est pas mécréant selon tous (les savants), et celui qui parle sachant et volontairement est déclaré Kafir par tous (les savants). »

Ibn Hazm dit : “En ce qui concerne leur parole (Mourjiyah) que l’insulte d’Allah (Ta’ala) n’est pas du Kufr et de même pour l’insulte du Messager d’Allah (saw) alors ceci est une Da’wa (et n’a pas de base) car Allah Ta’ala a dit : « Ils jurent par Allah qu’ils n’ont pas dit (ce qu’ils ont proféré), alors qu’en vérité ils ont dit la parole de la mécréance et ils ont commis du Kufr après leur Iman » ( Tawbah 74)

Donc Allah Ta’ala a affirmé avec un texte clair que parmi les paroles, il y certaines qui sont du Kufr …

Et Il dit : « Dis : “Est-ce d’Allah, de Ses versets (le Quran) et de Son messager que vous vous moquiez ?” Ne vous excusez pas : vous avez bel et bien commis du Kufr après votre Iman. » ( Tawbah 65-66)

Donc Il (Ta’ala) a déclaré avec un texte claire que se moquer d’Allah (Ta’ala) ou de Ses signes ou d’un Messager parmi Ses Messagers est du Kufr expulsant de la foi et Il (Ta’ala) n’a pas dit sur cela : « Je sais qu’il y a du Kufr dans leur cœur » au contraire Il les a déclaré Kufar par la moquerie même et celui qui dit autre que cela a attribué à Allah ce qu’Il n’a pas dit et a mentit sur Allah Ta’ala. » (« Fasl fi Milal »)

(Tr : Ibn Hazm répondit aux Mourjiyah sur leur affirmation que le verset « mais ceux qui ouvrent délibérément leur poitrine à la mécréance » réduit le Kufr à la croyance, donc insulter Allah n’est pas du Kufr en soi)

“Et la parole d’Allah : « mais ceux qui ouvrent délibérément leur poitrine à la mécréance » (Nahl 106) n’est pas ce qu’ils ont pensé sur le Kufr (arrivant) seulement avec la croyance, mais plutôt quiconque prononce des paroles qui sont jugés par les gens de l’Islam avec le jugement du Kufr sans être un lecteur (de ces mots comme on lit dans le Quran certaines paroles de Kufr de Juifs des et Chrétiens, comme Allah est ‘Isa ou la main d’Allah est fermée) ou témoin ou citeur ou contraint (de dire ses paroles au risque de perdre la vie), il a alors ouvert sa poitrine pour le Kufr, signifiant qu’il a ouvert sa poitrine pour accepter le Kufr interdit de dire pour les gens de l’Islam et les gens du Kufr, et il est de même s’ils croient en cela (mots de Kufr) ou ne croient pas en cela, car cette action est parmi les déclarations de Kufr sans les formes permissibles dans son intention (lire, citer, être témoin ou contraint) et ceci est ouvrir son cœur pour cela, donc leur justification par ce verset devient faux (Batil) et le Tawfeeq vient d’Allah. » (« Fasl fi Milal »)

Al-Bazdawi Al-Hanafi dit : “Plaisanter avec l’apostasie est du Kufr non à cause de ce dont il plaisante mais à cause de la plaisanterie même …et plaisanter avec des mots de Kufr est un rabaissement (Istikhfaf) de la religion de la vérité donc il devient apostat avec cela même… »

Ibnul ‘Arabi Al-Maliki dit sur les versets de la moquerie des Ayats d’Allah : “Et ceci n’est pas exempt qu’ils ont dit cela avec sérieux ou en plaisantant, et n’importe quel des deux, ceci est de la mécréance car plaisanter avec le Kufr est du Kufr, et il n’y a pas de différence à ce sujet dans la communauté »

Et Al-Qourtoubi a cite cela dans son Tafsir en approuvant.

Ibn Qoudamah dit : “Celui qui insulte Allah (Ta’ala) devient Kafir qu’il plaisante ou sois sérieux et de même pour celui qui se moque d’Allah Ta’ala ou des Ses Ayats ou des Ses Messagers ou de Ses Livres » ( « Al-Mughni »)

Fakhrudin Ar-Razi dit dans son Tafsir sur les mêmes versets : “La moquerie de la religion dans n’importe quelle forme est du Kufr en Allah…deuxièmement cela montre la fausseté de celui qui dit que le Kufr ne vient qu’avec l’action du cœur »

At-Taftazani dit : “Celui qui plaisante avec l’apostasie devient apostat avec la plaisanterie même et non du fait de ce dont quoi il s’est moqué à cause de ce que cela contient comme rabaissement (Istikhfaf) de la religion…et il y a une réponse dans cela à ce qui est dit que l’apostasie ne vient qu’avec le changement de croyance, et se moquer nie cela du fait du manque d’acceptation du Hukm. » (« Talwih »)

Az-Zarkashi Ash-Shafi’i dit : “Celui qui prononce des paroles de Kufr en plaisantant et il ne vise pas le Kufr, devient Kafir” («Al-Manthur fi Qawaid Fiqhiyah »)

As-Suyuti dit : “L’apostasie est briser l’Islam avec intention (niyah) ou par parole de Kufr ou l’action qu’il dise cela en plaisantant ou par ‘Inad ou par I’tiqad » (« Jawahir ul ‘Uqud »)

As-San’ani dit : “Les juristes ont affirmé dans les livres de Fiqh dans les chapitres de l’apostasie que celui qui prononce des mots de Kufr devient Kafir même s’il ne visait pas le sens (des mots de Kufr) (T : c’est-à-dire sans croyance dans les mots de Kufr) (« Tathirul I’tiqad »)

Ash-Shawkani dit : « Et ces leaders viennent avec de nombreuses paroles de Kufr et ils dissent qu’ils sont des Juifs, ils feront ceci et ils feront cela, (Ils deviennent) apostats parfois avec la parole et parfois avec des actions sans s’en rendre compte. » (« Dawa ul ‘Ajil »)

Ibn ‘Abidin dit dans « Rad ul Muhtar » : « Chapitre de l’apostat : sa parole (T : celui qui plaisante avec des mots de Kufr) c’est-à-dire il les prononça avec choix sans l’intention de leur sens ( T : sans croire dans ce qu’il plaisantait) …de même se prosterner devant une idole ou jeter le Moushaf dans les ordures, il devient alors Kafir même s’il est Musaddiq ( possède le Tasdiq du coeur en l’Islam, affirme la véracité de l’Islam).

Shaykh ul Islam Ibn Taymiyah dit : “Ces gens qui affirment les paroles de Jahm et Salihi, ils disent qu’insulter Allah et prononcer la trinité et autres mots parmi les mots de Kufr n’est pas du Kufr Batin (intérieur) mais seulement une preuve (dalil) dans le Zahir (extérieur) du Kufr et il est possible que celui qui insulte et raille soit dans l’intérieur connaisseur d’Allah et Mouwahhid (monothéiste) croyant en Lui, et lorsque la preuve leur est établie par texte claire ou consensus que celui-ci est Kafir dans le Batin et le Zahir, ils disent : cela entraîne que ceci (insulte) nécessite le Takzib Al Batin (démenti intérieur) et Iman nécessite l’absence de cela (insulte). Il leur est dit : avec nous sont deux choses connues.

La première d’eux : connu par nécessité dans la religion
Seconde : connue dans nous mêmes après réflexion.

Pour la première, nous savons que celui qui insulte Allah ou Son Messager librement sans contrainte, plutôt prononce des mots de Kufr librement sans personne le forçant, et celui qui se moque d’Allah et de Ses versets et de Ses Messagers, il est alors Kafir dans le Batin et Zahir. Et celui qui dit que le semblable à cela peut être dans le Batin croyant en Allah et est seulement Kafir dans le Zahir, il dit alors une parole dont la fausseté est connue par nécessité dans la religion.

En effet, Allah a mentionné les paroles des Koufar dans le Quran et les a jugé avec leur Kufr et comme méritant sa punition du fait de cela, et si leurs paroles de Kufr étaient du niveau du témoignage de Shuhoud sur eux ou du niveau de l’attestation dans lequel la personne attestant peut se tromper, Allah ne les a pas rendu parmi les gens du Wa’id (promesse de punition) avec le témoignage qui peut être véridique ou peut être un mensonge, et Il lui conviendrait (alors dans ce cas) de ne pas punir excepté avec la condition de véracité du témoignage, et ceci est semblable à Sa parole Ta’ala « Ont commis le Kufr ceux qui ont dit qu’Allah est le troisième de trois » « Ont commis le kufr en effet ceux qui ont dit qu’Allah est le messie fils de Maryam (Marie)»

(Note du traducteur : Ibn Taymiyah signifie qu’Allah a déclare les mécréants Kafir du fait de leurs paroles et il n’a pas ajouté la condition de Sidq (véracité) dans ce qu’ils disent, donc en disant ces paroles la personne devient Kafir, autrement Allah aurait dit ceux qui ont cru qu’Allah est le troisième de trois sont mécréants, ceux qui mentent en disant cela ne sont pas mécréants)

En ce qui concerne le second : si le Coeur est croyant dans la véracité du Messager et qu’il est le Messager, et est aimant le Messager d’Allah le respectant, alors cela l’aurai empêché de le maudire ou insulter, cela ne peut être conçu de lui excepté avec quelques formes de rabaissement (Istikhfaf) de lui ou de son honneur, et il est su de cela que la croyance seul qu’il est véridique n’est pas la foi sans son amour et respect dans le cœur » (« Majmu’ 7/557-558)

Ibn Taymiyah dit encore :

“Sa parole : « Quiconque a commis du Kufr Allah après avoir cru… – sauf celui qui y a été contraint alors que son coeur demeure plein de la sérénité de la foi – mais ceux qui ouvrent délibérément leur poitrine à la mécréance, ceux-là ont sur eux une colère d’Allah et ils ont un châtiment terrible. Il en est ainsi, parce qu’ils ont aimé la vie présente plus que l’au-delà. Et Allah, vraiment, ne guide pas les gens mécréants. Voilà ceux dont Allah a scellé les coeurs, l’ouïe, et les yeux. Ce sont eux les insouciants. Et nul doute que dans l’au-delà, ils seront les perdants. » (Nahl 106-109)

Il (Ta’ala) a mentionné qu’ils ont mérités le Wa’id (promesse de punition) du fait de cela (préférence du Duniya (ce monde) sur l’au-delà). Et il est su que le chapitre du Tasdiq (attestation de véracité) et Takzib (démenti) et science et ignorance ne sont pas les chapitres de l’amour et de la haine, et ces gens (T : Mourjiyah) disent qu’ils ont mérité le Wa’id du fait de Zawal (disparition) du Tasdiq et Iman dans leurs cœurs, et si cela est ainsi, alors la cause peut être l’amour du Duniya sur l’au-delà et Allah (Subhanahu wa Ta’ala) a établi la préférence du Duniya sur l’au-delà comme la chose rendant la perte obligatoire. Et la préférence du Duniya sur l’au-delà peut être avec science et Tasdiq que le Kufr lui nuira dans l’au-delà et qu’ils n’auront aucune part dans l’au-delà.

Et aussi parce qu’Il (gloire à Lui) a fait exception du contraint d’être parmi les Kufar, et si le Kufr était seulement avec Takzib (démenti) du cœur ou son ignorance (du cœur) alors le contraint n’aurait pas été excepté de cela, car la contrainte sur cela est impossible, il est alors su que prononcer le Kufr est du Kufr excepté dans le cas de la contrainte (Ikrah).

Et Sa parole : “mais ceux qui ouvrent délibérément leur poitrine à la mécréance » signifie la préférence du Duniya sur l’au-delà et de cela est la parole du Prophète (saw) : « L’homme sera croyant le matin et mécréant le soir, et il sera croyant la nuit et mécréant le matin, il vend sa religion en échange du Duniya » (Mouslim), donc celui qui prononce sans contrainte, il ne parle pas sans que sa poitrine ne soit ouvert pour cela. » (« Majmu’ » 7/561-599)

De plus, Ibn Taymiyah dit : “Et s’il est dit : mais Allah a dit : « mais ceux qui ouvrent délibérément leur poitrine à la mécréance » il est dit : Ceci est en concordance avec le début parce que celui qui commet du Kufr sans contrainte, il a alors ouvert sa poitrine pour le Kufr, autrement le début du verset opposera la fin, et si le sens est que celui qui commet du Kufr est celui qui ouvre sa poitrine pour le Kufr, cela peut se produire sans contrainte, Il n’aurait pas fait exception du contraint seulement, mais il Lui aurait été obligatoire de faire exception du contraint et du non contraint lorsque son cœur n’est pas ouvert (au Kufr), et lorsqu’il prononça les paroles de Kufr librement, il a alors ouvert sa poitrine pour cela et ceci est du Kufr. Ceci est montré par Sa parole Ta’ala :

« Les hypocrites craignent que l’on fasse descendre sur eux une Sourate leur dévoilant ce qu’il y a dans leurs coeurs. Dis : “Moquez-vous ! Allah fera surgir ce que vous prenez la précaution (de cacher)”. Et si tu les interrogeais, ils diraient très certainement : “Vraiment, nous ne faisions que bavarder et jouer.” Dis : “Est-ce d’Allah, de Ses versets (le Coran) et de Son messager que vous vous moquiez ?” Ne vous excusez pas : vous avez bel et bien commis le Kufr après votre Iman. Si Nous pardonnons à une partie des vòtres, Nous en châtierons une autre pour avoir été des criminels. » (Tawbah 64-66)

Il a informé qu’ils ont commis du Kufr après leur Iman par leur paroles : Nous avons prononcé du Kufr sans croyance en cela, mais nous plaisantions et jouions. Et Il a rendu claire que la moquerie des Ayats d’Allah est du Kufr, et cela ne peut se produire excepté pour celui dont la poitrine s’est ouverte pour ses mots, et s’il y avait la foi dans le cœur, cela l’aurait empêché de ces mots » ( « Majmu’ » 7/220)

Ibn Taymiyah dit dans son fameux “Sarim Al-Masloul” : “Celui qui prononce avec sa langue des mots de Kufr sans aucun besoin ( T : cad Ikrah) volontairement sachant que ce sont des mots de Kufr ; il devient alors mécréant avec cela dans le Zahir et Batin, et parce qu’il n’est pas permis de dire : dans le Batin il est possible qu’il soit croyant, et quiconque dit cela Maraqa minal Islam.

Allah (gloire à Lui) dit : « Quiconque a commis du Kufr Allah après avoir cru… – sauf celui qui y a été contraint alors que son coeur demeure plein de la sérénité de la foi – mais ceux qui ouvrent délibérément leur poitrine à la mécréance, ceux-là ont sur eux une colère d’Allah et ils ont un châtiment terrible. »

Et il est su de cela qu’il n’est pas signifié ici par Kufr croyance du Coeur seulement (I’tiqadul Qalb faqat), car la personne n’est pas contrainte à cela, et celui qui est contraint est exempté (d’être mécréant), et il n’est pas signifié celui qui dit et croit (en même temps en ce qu’il dit), car celui qui est exempté est le contraint, et il n’est pas contraint sur la croyance et parole (ensemble), on est seulement contraint sur la parole seulement.

Il est donc su que celui qui est signifié (ici) est celui qui prononce des paroles de Kufr, et la colère d’Allah est sur lui et un châtiment terrible, et il est Kafir avec cela excepté celui qui est contraint et son cœur demeure dans la sérénité, mais celui qui ouvre sa poitrine pour le Kufr parmi les contraints, il est aussi Kafir. Donc celui qui parle avec le Kufr devient Kafir excepté le contraint qui sur sa langue des paroles de Kufr et son cœur demeure ferme sur la foi. Et Allah a dit à propos des gens se moquant : « Ne vous excusez pas : vous avez bel et bien commis le Kufr après votre Iman » »

Ibn Taymiyah ajouta dans Sarim Al-Masloul : “Celui qui insulte Allah ou insulte Son Messager devient mécréant dans le Zahir et Batin, et il est de même qu’il croit que ceci est Haram, ou qu’il considère cela Halal pour lui ou il était négligeant de sa foi, ceci est le Madhab des juristes et Ahlus Sounnah affirmant que la foi est la parole et l’action…Il est transmis de Ash-Shafi’i qu’il fut interrogé sur celui qui se moque de quelque Ayats d’Allah (Ta’ala) et il dit : Il est Kafir et il pris comme preuve le verset d’Allah (Ta’ala) : « Dis : “Est-ce d’Allah, de Ses versets (le Coran) et de Son messager que vous vous moquiez ?” Ne vous excusez pas : vous avez bel et bien commis le Kufr après votre Iman »

Et de même nos compagnons et autres ont dit : celui qui insulte Allah devient Kafir et il est de même qu’il plaisante ou sois sérieux du fait de ce verset et ceci est la vérité avec certitude…et il est obligatoire de savoir que la parole que le Kufr de celui qui insulte est en fait du fait qu’il considère Halal pour lui d’insulter, est un grosse erreur et une sérieuse bévue…et ceci pour plusieurs raisons…

Quatrième raison : Car si le Moukaffir (la chose faisant le Takfir) est la foi que ceci est Halal, il n’y a rien dans l’insulte montrant que celui qui insulte croit que ceci est Halal, alors il ne devrait pas être déclaré Kafir et spécialement lorsqu’il dit : Je crois que ceci ( insulter) est Haram, je dis cela seulement par Ghayz ou stupidité ou plaisanterie ou jeu, comme les hypocrites ont dis « Nous plaisantions et jouions » comme celui qui dit : je l’ai diffamé ou mentit sur lui en jouant ou plaisantant, et s’il est dit qu’ils ne sont pas Kufar, ceci est alors contre le texte claire du Quran, et s’il est dit qu’ils sont Kufar, alors ceci est du Takfir sans la chose qui le rend obligatoire comme il n’a pas établi l’insulte même comme rendant Kafir (Lam Yaj’al nafsa Sabbi Mukafiran)… »

Fin de citations de la Risalah de Shaykh As-Saqqaf.

Notes de Shaykh Ibn Baz sur la Tahawiyah :

Tahawi dit dans son point 61 : « Le serviteur ne quitte pas l’Islam excepté par le rejet (Juhud) de ce qu’il l’a fait entré ( cad la Shahadah) »

Ibn Baz critiqua ce point disant : « On peut sortir de l’Islam sans Juhud (rejet) par de nombreuses causes que les savants ont expliqué dans le chapitre du jugement sur l’apostat, parmi cela sa critique (Ta’n) de l’Islam ou du Prophète (saw) ou il se moque d’Allah, de Son Prophète (saw) ou de Son Livre ou toute chose de Sa loi, du fait de Sa parole : « Dis : “Est-ce d’Allah, de Ses versets (le Coran) et de Son messager que vous vous moquiez ?” Ne vous excusez pas : vous avez bel et bien commis le Kufr après votre Iman » (Tawbah 65-66)

Et parmi cela est l’adoration des statues et idoles, ou l’invocation des morts…et toutes ces actions l’expulsent de l’Islam par consensus de gens de science, et ceci ne sont pas des cas de Juhud (rejet), et les savants les ont mentionné dans le chapitre du jugement sur l’apostat, Wa Billahi Tawfeeq »

La foi ne peut exister sans l’action :

Voici des extraits d’une Risalah de Shaykh ‘Isam ibn Abdillah As-Sanani, qui est professeur de Shari’ah et Usul Din à Qassim, et figure parmi les disciples de Shaykh Ibn Utheymin.

Cette Risalah s’intitule “Aqwal Zawil ‘Arfan fi annal A’mal Al-Jawarih Dakhlilatun fi Musama Al-Iman” a été approuvé et annoté par Shaykh Al-Fawzan.

Et dans ce livre, l’auteur cite les preuves du Livre et de la Sunnah de même que les paroles de Ibn Taymiyah, ibnul Qayim, Ishaq ibn Rahawayah, Al-Ajouri, Abou ‘Ubayd ibn Qassim As-Sallam, At-Tabari, Ibn Battah, Hafiz Al-Hakami, Muhammad ibn Abdil Wahhab, Ibn Baz, Dr Jami, et beaucoup d ‘autres savants.

Et Shaykh Al-Fawzan a même commenté la Fatwa de son Shaykh Ibn Baz, disant que Jinns ul A’mal est nécessaire pour l’ensemble des Salaf.

Et cette Risalah affirme un consensus des Salaf sur ce sujet, que celui qui abandonne les actions en totalité n’est pas Musulman, et le Jinns (catégorie) des actions est obligatoire pour l’authenticité de la foi.

L’auteur clarifie que les savants Sounnites qui ont dit que l’action est Shart Kamal (condition pour compléter la foi) et celui qui abandonne le Jinns (catégorie) des actions n’est pas Kafir, alors ils ne sont pas déclaré Mourjiyah, mais leur parole est contradictoire avec le fait de mettre l’action parmi la Foi, et aussi leur parole est Mouhdath (une nouvelle parole) et une erreur.

L’auteur a cité de Ibn ‘Utheymin que celui qui se trompe dans un point et prend la parole des Ash’airah n’est pas déclaré Ash’arite.

L’auteur cita aussi la Fatwa de la Lajnah contre Ahmad Az-Zaharani disant de ne pas prendre des erreurs des Savants à ce sujet.

As-Sanani a donné les citations suivantes :

Ibn Taymiyah cita dans ses Fatawa 7/171, Sahl ibn Abdillah At-Tustari disant : ” Lorsque la foi est sans actions, ceci est du Kufr ”

Ibn Taymiyah dit dans ses Fatawa 7/221 : “Le Quran a rendu manifeste que l’Iman du Coeur nécessite ( Yastalzimu) l’action Zahir (externe) selon cela…et Il a nié l’Iman de ceux qui se sont détourné (Tawala) de l’obéissance des Prophètes. »

Ibn Taymiyah a cité Abu Talib Al-Makki disant sur l’Iman dans ses Fatawa 7/333 : ” Celui dont la croyance est l’Iman dans l’invisible et il n’agit pas selon les Ahkam de l’Iman et Sharai ( lois) de l’Islam, il est alors Kafir avec un Kufr avec lequel le Tawhid n’est pas établi… »

Ibn Taymiyah dit dans ses Fatawa 7/611 : ” Et il est impossible que l’homme soi croyant avec un Iman établi dans son cœur qu’Allah a obligé la prière, Zakat, Syam, Hajj et il vie toute sa vie sans faire une seule Sajdah à Allah, ni un jeune dans le Ramadan, et ne donne pas de Zakat, et ne fait pas le Hajj, ceci est impossible, cela ne peut être seulement avec hypocrisie du cœur et Zandaqah, non avec l’Iman Sahih, c’est pour cela qu’Allah a décrit les Kufar avec le refus de faire une Sajdah, comme sa Parole : « Lorsque Allah va montrer Sa jambe, ils seront appeler au Sujud et ils ne pourront pas le faire…ils furent appelé au Sujud alors qu’ils étaient en bonne santé »

Ibnul Qayem dit dans son « Al-Fawaid » : “Et un Batin (intérieur) qui n’a pas de Zahir (extérieur) n’est pas suffisant (la yujzi) excepté avec l’excuse de ‘Ajz (incapacité), Ikrah (contrainte) ou crainte de destruction, et s’abstenir d’actions Zahir avec l’absence de Mani’ (cause empêchant cela) est une preuve du Fasad du Batin et son vide (khulu) d’Iman »

Il dit aussi dans son « Al-Fawaid » : “Et tout Batin dont l’auteur ne se tient pas avec les lois de l’Islam Zahirah (externes), alors cela ne lui est d’aucun bénéfice quel qu’il soit, et son coeur est exempt d’amour et crainte, et il n’adore pas avec l’ordre et la loi Zahir (externe), alors cela ne le sauvera pas du feu, comme s’il se tient avec les lois Zahir de l’Islam et il n’y a pas dans le Batin de réalité de la foi, cela ne le sauvera pas du feu. »

Ibn Taymiyah dit expliquant la différence entre les Mourjiyah et Ahlus Sounnah dit 7/50 : ” Pour les Mourjiyah, il n’y a pas de dispute sur le fait que l’Iman qui est dans le Coeur appelle aux actions d’obéissance et amène à cela, et que l’obéissance est parmi ses fruits et conséquences, mais la dispute est si cela nécessite (Yastalzimu) l’obéissance.”

Ibn Taymiyah dit de plus sur les Mourjiyah : « Et si nous supposons que des gens viendraient auprès du Prophète (saw) et lui disaient : « Nous croyons en ce avec tu es venu dans nos cœurs sans aucun doutes, et nous disons sur nos langues l’attestation de foi, mais nous ne te suivrons pas dans aucune des choses que tu ordonnes ou interdis, nous ne prierons pas ni feront le Syam ni Hajj, nous ne croirons pas au Hadith ni ne donnerons l’Amanah, ni ne remplirons le pacte, ni ne respecteront les liens de sang, et nous ne ferons rien des actions que tu ordonnes et nous boirons le vin et ferons le Nikah avec les femmes interdites avec un Zina clair, et nous tuerons tous tes compagnons, prendrons leurs propriétés, et nous te combattrons avec tes ennemis », est ce qu’une personne d’intelligence pense que le Prophète (saw) leur dira que vous êtes des croyant avec une croyance correcte et vous serez parmi les gens de l’intercession (Shafa’ah) le jour dernier. »

Al-Ajouri dit dans “Al-Arabiin Hadithan” : “Les actions Al-Jawarih (des membres) sont le Tasdiq (attestation de véracité) de la foi du cœur et de la langue, et celui qui ne fait pas le Tasdiq de Son Iman avec les actions des membres comme la purification, la prière, la Zakat, Syam, Hajj, Jihad, et autres choses semblables, et est satisfait pour lui-même de Al-Ma’rifah (connaissance) et parole sans action, il n’est pas alors croyant, et sa connaissance et parole ne lui apportera pas de bénéfice, et son abandon des actions est takzib (un démenti) de sa part de son Iman, et les actions de ce que nous avons mentionnés sont le Tasdiq de son Iman, et saches que ceci est le Madhab des Savants Qadiman et Hadithan (des temps anciens et de nos jours) »

Abou ‘Ubayd Qassim ibn Sallam dit dans son “Kitabul Iman” : “Allah n’a pas fait pour l’Iman de réalité sans actions sur ces conditions, et celui qui croit qu’Allah avec sa parole seulement va le considérer comme un véritable croyant, même s’il n’a pas d’actions ici, il oppose le Livre d’Allah…et ne vois-tu pas qu’Allah a éprouvé les gens avec le Tasdiq de leur paroles par l’action, et Il n’est pas satisfait de la parole sans actions jusqu’à ce qu’il a établi l’un de l’autre ? Donc quelle chose est suivi après le livre d’Allah, la Sounnah du Prophète (saw) et le Manhaj des Salaf après eux qui ont la place de modèle et Imam, et la chose qui est selon la Sounnah, ce que nos savants ont affirmé est ce qui est dans ce livre : Iman est Niyah, la parole et l’action Jami’an (ensemble)»

Al-Qayrawani dit dans sa “Risalah” : “Chapitre sur lequel il y a consensus (Ijma) parmi les sujets de croyance et Sounnah, dont l’opposition est une innovation et un égarement : …l’Iman est la parole de la langue, l’Ikhlas du Coeur, et les actions des membres…et il n’y a pas de parole sans actions… » Fin des extraits de « Aqwal Zawil ‘Arfan ».

Et Shaykh Fawzan a approuvé que ces citations montre que les Ahlus Sounnah disent que celui qui abandonne le Jinns (la catégorie) des actions n’est pas musulman, et que le Jinns des actions est obligatoire pour l’authenticité de la foi.

Certaines personnes ont cité les paroles de Ibn Taymiyah : « Et le Tahqiq est que l’Iman du cœur Taam nécessite l’action Zahir cela et il est impossible autrement. Il est impossible qu’il y est dans le cœur de l’Iman Taam sans actions Zahir »

Et Ils ont pensé que le sens de Taam ici est complet, donc celui qui abandonne toutes les actions a un Iman incomplet, Naqis (faible, défectueux) mais correct.

Et ceci est faux, car ici ibn Taymiyah signifie par « Taam » correct, comme on le voit en voyant dans d’autre endroits. Par exemple, Ibn Taymiyah dit dans « Majmu Fatawa » v 7 p 553 : « Il est su de cela que celui qui a la foi dans le cœur avec un Iman Jazim (certain), il est impossible qu’il ne prononce pas la Shahadah (attestation de foi) avec Qudrah (capacité) de cela, donc son manque de Shahadah avec capacité de cela nécessite l’intifa (la disparition) de l’Iman du cœur Taam. »

Et Ibn Taymiyah vise ici par « Iman Taam » l’Iman Sahih, correct, car il est connu que celui qui ne prononce pas la Shahadah n’est pas Musulman, même s’il croit en la véracité du Prophète (saw). Ainsi Abu Talib n’est pas Musulman même s’il reconnaît la vérité dans son cœur du fait de son refus de prononcer ses paroles.

Et si on rassemble toutes les paroles de Ibn Taymiyah sur celui qui abandonne les actions, alors on voit clairement qu’il vise par « Taam » l’Iman correct et non l’Iman complet.

Et les savants comme Shaykh Al-Fawzan et d’autres ont tous compris cela ainsi…

Qu’Allah envoi la Salah et le Salam sur le Prophète (saw), sa famille, ses compagnons et ceux qui les suivent.

Compilé par Ali Hassan Khan