Shaykh Irshad ul Haqq Al Athari a répondu dans son livre “Maqalat” a des affirmations faites par de nombreux Déobandis comme Dr Khalid Mahmud de Manchester que les Ahlul Hadith maltraitent les Imams, et shaykh Irshad a montré des exemples de nombreux savants Hanafis insultant les autres Imams ainsi que leur Ta’assoub.

La plupart des citations sont tirés de “Maqalat” et d’autres livres de shaykh Irshadul Haqq Al-Athari comme « Asbab Ikhtilaf Al-Fuqaha », ainsi que d’autres savants Ahlul Hadith.

Insultes et abus contre les Sahabas par nombreux Ahnaf.

Regardez lecteurs ce que de nombreux livres Hanafi disent sur Wail ibn Hujr, Mou’awiyah, Abou Hurayrah et Anas ibn Malik, qu’Allah les agrée.

Le Prophète (saw) a fait une invocation de bénédiction pour Wail ibn Hujr et pour sa progéniture, mais quelques Ahnaf n’ont pu supporté ses Ahadith rapporté sur le Raful yadayn (fait de lever les mains) avant et après le Ruku dans la prière dans les dernières années de la vie du Prophète (saw) montrant que cette Sunnah n’est pas abrogée ni abandonnée.

Dans “Jami’ul Masanid” de Al-Khawarzimi v 1 p 358 il est dit sur ce grand Sahabi : “A’rabi (bédouin), il ne connaissait pas les lois de l’Islam

Muhammad ‘Abid As-Sindhi Al-Hanafi dans son ”Mawahib Al-Latifah” et Abdul Hay Al-Luknawi Al-Hanafi dans son “Ta’liqul Mumajjad” ont tous deux regretté ce genre de paroles.

Juger ave un témoin et un sermon est le Madhab de la majorité des savants comme Malik, Ash-Shafi’i et Ahmad et la majorité des gens de l’Islam comme affirmé par An-Nawawi dans son Sharh de Sahih Mouslim, et il y a des Ahadith authentiques sur cela dans Mouslim et autres.

Dans “Sharh Wiqayah” de ‘Ubdaydullah ibn Mas’oud, Kitab Da’wah p 205 il est écrit à ce sujet :

Et pour nous, ceci est une innovation et le premier qui a jugé avec cela fut Mou’awiyah

Dans “Nur ul Anwar” de Mulla Jewan, Mabhathul Ahliyah p 300 il est écrit après cités les formes d’ignorance qui ne seront pas pardonnées le jour du jugement dernier :

Comme l’ignorance de Ash-Shafi’i permettant de juger avec un témoin et un sermon…et le premier à juger avec cela fut Mou’awiyah

Mulla Jewan dit après cela : “Nous avons dit cela car nos ancêtres (Ahnaf) ont dit cela, car nous n’oserions dire de telle chose.”

Dans “Tawdih ma’a Tawshih” p 477 il est écrit sur le même sujet :

“Il est mentionné dans le “Mabsout” que juger avec un témoin et un sermon est une innovation et le premier à juger avec cela fut Mou’awiyah”

Abou Hurayrah et Anas ibn Malik sont parmi les Sahabah rapportant le plus de Ahadith, et de nombreux de leur Ahadiths n’ont pas satisfait les Muqallids, alors pour les rejeter ils sont allé jusqu’à l’absurdité absolu de déclarer ces deux Sahabi Ghayr Faqih, sans Fiqh, afin de rejeter leur narrations soi-disant opposant le Qias.

Et cette règle est spécifique aux Ahlur Ray Hanafis, et ceci est la raison de les appeler Ahlur Ray, car ils ont rajoutés des conditions basées sur le Ray (l’opinion) pour accepter les Ahadith Sahih.

Il est écrit dans « Usul Ash-Shashi » : “La seconde catégorie de narrateur est celle de ceux connu pour leur mémoire et ‘Adalah (intégrité) et non pour les Ijtihad et Fatawa comme Abou Hurayrah et Anas ibn Malik. Si une narration est rapportée par de personnes semblables à ces deux et elle est authentique pour toi et la narration est selon le Qiyas, alors il n’y a pas de crainte dans le fait d’agir selon, mais si cela oppose le Qiyas, alors agir selon le Qiyas est meilleur…se basant sur cela nos compagnons (Ahnaf) on rejeté le hadith de Abou Hurayrah sur le sujet de Al-Musarrah opposant le Qiyas. Quant à la différence sur le nombre de narrateurs, nous affirmons que la condition d’agir selon le Khabar Ahad est qu’il n’oppose pas le Quran et la Sunnah Mashourah, le Prophète (saw) a affirmé qu’il y aurait de nombreux Ahadith après lui, vérifiez-les avec le Livre d’Allah, s’ils sont en accordance alors acceptez-les, et s’ils sont contre rejetez-les.”

Note : Le hadith de confronter les Ahadith au Quran est présent dans de nombreux livres de Usul Fiqh Hanafi, et certains l’ont même attribué à Sahih Al-Boukhari.

Ali ibn Muhammad Al-Bazdawi (m 682) dit :

« Le Prophète (saw) dit : “Il y aura beaucoup de Ahadith après moi, vérifiez-les avec le Livre d’Allah, s’ils sont en accordance acceptez-les, et s’ils sont contre rejetez-les” » (« Usul Al-Bazdawi », Bab Bayan Qismul Inqita’)

Cette narration se trouve aussi dans “Tawdih” de Ubaydullah ibn Mass’oud (m 747), auteur de Sharh Wiqayah.

Dans l’explication de se livre “Sharh Tawdih” de Mass’oud At-Taftazani (m 792), ce hadith est attribué à Sahih Al-Boukhari, et il est aussi affirmé que Yahya ibn Ma’in a dit que ce hadith est fabriqué par les Zanadiqah (hérétiques).

’Abdul ‘Aziz Al-Boukhari Al-Hanafi (m 730) a dit dans son “Kashful Asrar” qui est une explication de « Usul Al-Bazdawi » que Al-Boukhari est le spécialiste du Hadith, et ceci est suffisant pour que le hadith soit authentique, c’est pourquoi la critique des autres n’est pas prise en considération. (« Kashf ul Asrar » vol 3 p 10)

La même chose est affirmée dans “Fusul ul Hawashi Sharh Usul Ash-Shashi” p 288

Dans “Hashiyah Tawdih”, il est dit que Al-Marjani Al-Hanafi fut choqué de voir que les gens de Usul Fiqh Hanafi (At-Taftazani, Abdul ‘Aziz Al-Boukhari, Sahib Fusul ul Hawashi) ont attribué cela à Sahih Al-Boukhari alors que ceci n’est pas dans son Sahih. (Et al-Bazdawi, Ubaydullah Ibn Mass’oud et Ash-Shashi ont cité cela sans l’attribué à Al-Boukhari)

La narration du Hadith disant de vérifier les Ahadith avec le Quran est fabriquée, voir « Al-Madkhal » de Al-Bayhaqi, As-Souyouti dans son “Miftah Al Jannah” p 39, « Mouwafiqat » de Ash-Shatibi v 2 p 18 et ibnul Qayim dans « Sawaiq Al-Moursalah » vol 2 p 437.

Hafiz Qassim ibn Qoutloubaghah a écrit dans son Takhrij de « Usul ul Bazdawi » que tous les Ahadith ayant ce sens sont faibles. Donc ce hadith est l’oeuvre des Zanadiqah (hérétiques) comme dit par Ibn Ma’in.

Quant à l’affirmation de ces Sahabah étant Ghayr Faqih, Ibn Humam Al-Hanafi a clarifié que Abou Hurayrah et Anas ibn Malik sont des Moujtahids, et les autres Sahabah venaient vers eux pour les Fatawa (« Fath ul Qadir » v 2 p 141).

’Abdul ‘Aziz Al-Boukhari a aussi dit : “Nous n’acceptons pas que Abou Hurayrah ne soit pas Faqih, plutôt il était Faqih, et parmi les conditions de l’Ijtihad, aucune ne lui manquait. Et il donnait des Fatawa parmi les Sahabah.” (« Kashf ul Asrar » p 703)

Et la même chose est affirmée par Abdul ‘Ali auteur de « Fawatih Ar-Rahmout Sharh Muthalam Ath-Thubut ».

Note : Dans “Nur ul Anwar” il est dit que préférer le Qiyas au Ahadith de Ghayr Faqih Sahabi opposant le Qiyas est la Madhab de ‘Issa ibn Abban et la majorité des Mutaakhir savants Hanafis l’ont choisit, alors que Al-Karkhi l’a rejeté et un groupe l’a suivi. Cependant la majorité des Mutakhirs est avec ‘Issa ibn Abban dans le fait de suivre cette règle fausse (Batil).

Note : An-Neylwi Ad-Déobandi Al-Mamati pour affaiblir un hadith a dit qu’il est rapporté par Abou Hurayrah et oppose le Qiyas dans son livre « Nida e Haqq », et lorsque Sarfraz Khan Safdar Ad-Déobandi Al-Hayati lui a répondu en rejetant cette règle dans son “Taskin As-Sudur”, alors An-Neylwi lui a rappelé que cette règle ne vient pas de lui mais de la majorité des Ahnaf. An-Neylwi, bien qu’il nie que les morts entendent et nie toutes formes d’Istishfa sur les tombes ainsi que le Tawassul avec le statut de quelqu’un, ce qui est la position des Déobandis Mamatis, il est un Mouqallid aveugle et rejette toute sortie du Madhab Hanafi, et accepte ce genre de règle monstrueuse.

Note : Anwar Shah AlKashmiri a aussi rejeté cette règle et a dit que de telles paroles doivent être sorties des livres Hanafis.

Note : Jameel As-Sakrodwi, enseignant à Darul Ulum Deoband, dans son “Ajmal ul Hawashi ‘ala Usul ash-Shashi” n’a pas indiqué la faiblesse du hadith de vérifier les Ahadith avec le Quran, plutôt il s’est appuyé sur cela pour justifier le rejet des Khabar Ahad soi-disant contre le Quran. Donc de nos jours, le travail des Zanadiqah est enseigné à Darul Ulum Déoband.

Note : Le Khabar Mashour pour les Hanafis est ce qui est rapporté par quelques Sahabah, ensuite cela devient Moutawatir dans les générations suivantes. Et les Hanafis disent que l’on ne peut restreindre le Quran par les Khabar Ahad, mais seulement par les Khabar Mashour ou Moutawatir. Aussi si un verset est réduit par le Quran lui-même, un Hadith Moutawatir et Mashour, alors ensuite il peut être réduit par le Khabar Ahad.

Mais on voit que les Hanafis utilisent cette règle pour rejeter la limitation de l’interdiction de l’allaitement a cinq reprises, l’expulsion d’un an du Zani non-marrié, ou de l’addition de la condition de repos dans le Ruku’ et le Sujud, mais en même temps ils ajoutent au Quran et font du Takhsis (restriction) avec des Hadiths faibles comme le fait de faire le Wudhu avec le Nabidh et beaucoup d’autres cas. Aussi ils font aussi la restriction du Quran avec des Khabar Ahad comme fixer un minimum pour la dot et autres.

Insultes des Imams par de nombreux Ahnaf

Youssouf ibn Moussa Al-Multi Al-Hanafi dit : “Celui qui lit Sahih Al-Boukhari deviendra Zindiq (hérétique)” (Man Nazara fi Kitab Al-Boukhari Tazandaq) (« Shazrat uz Zahab » v 7 p 40 et « Ibna ul Ghumar » de Hafiz ibn Hajar v 4 p 348)

Muhamad ibn Moussa Al-Bulasaghuni dit : “Si j’avais le pouvoir, je prendrai la Jiziyah des Shaf’iyah” (« Mizan ul I’tidal » de Az-Zahabi v 4 p 52

Et Issa ibn Abi Bakr ibn Ayub Al-Hanafi fut interrogé sur fait qu’il était Hanafi alors que toute sa famille était Shafi’i, et il répondit : “Ne veux-tu pas qu’il y est un musulman dans la famille” (« Fawaid Al-Bahiyah » p 152-153)

Muhib ud Din Muhammad ibn Muhammad (m 789) était un savant Hanafi. Il est dit à son sujet dans “Shazrat uz Zahab” p 310 qu’il faisait le Tanqis et Tawhin (rabaissement et moquerie) de Ash-Shafi’i et considérait cela comme une adoration.

Imam As-Safkoudri des Ahnaf est fameux pour sa fatwa que les femmes Hanafis ne pouvaient se marier les hommes Shafi’is, mais le contraire était permis, voir « Al-Bazaziyah », « Bahr ur Raiq », « Fath ul Qadir » et autres.

On peut même voir dans le chapitre “prier derrière d’autres Madhab” qui est après prier derrière l’innovateur, que de nombreux savants Hanafis on déclaré que prier derrière les Shawafi est Makruh Tanzihi, et certains sont allé jusqu’à dire Makrooh Tahrimi, signifiant que la prière derrière l’Imam Shafii est Batil et la prière doit être répéter. Ce qui est pire est que l’on trouve de nombreux Ahnaf faisant le Takfir des Shafi’is car ils disent : “Je suis croyant Insha Allah”, et ceci est la parole de la majorité des Salaf que l’action fait parti de la foi, elle diminue et augmente. Mais regardez le Takfir de la majorité des Salaf.

Abou Layth As-Samarqandi dit : “Suivre le Shafi’i dans le prière est seulement permis s’il n’est pas Mouta’assib, ne dit pas à propos de la foi : “Je suis croyant Insha Allah”… il fait les ablutions pour ce qui sort de son corps en dehors des Sabilayn (deux parties intimes, c’est-à-dire comme pour le sang, pus, vomis,..), si l’impureté tombe dans l’eau de plus de deux Qullas, il ne fait pas l’ablution avec cela, s’il ne fait pas le Raful Yadayn avant et après le Ruku'” (« Fatawa An-Nawazil » p 48-49)

Excepté la dernière condition, les autres sont aussi mentionnées dans « Qadhi Khan » v 1 p 91, « Rad ul Muhtar » v1 p 91, « Alamgiri » v 1 p 84, « Tatar Khaniyah » v 1 p 652, voir « Fath ul Qadir » où cela est cité.

Al-Luknawi a aussi mentionné dans son “Ta’liaqat Sanniyah ‘ala Fawaid Al-Bahiyah” que ‘Amir Al-‘Itqani Al-Hanafi aussi affirme que si un Hanafi prie derrière un Shafi’i et il fait le Raful Yadayn avant et après le Ruku’, alors la prière du Hanafi est annulée, et Al-Luknawi lui a répondu, et ce dernier aussi faisait le Raful Yadayn bien qu’étant Hanafi, de même que Shah Waliullah, Abul Hassan Kabir As-Sindhi et d’autres véritables savants Hanafis

Dans « Bada’i As-Sana’i », il est aussi dit que le Raful Yadayn entraîne le Fasad et est Makruh Tahrimi v 1 p 548, et de même dans « Sharh Muniyah » comme cité dans « Fayd ul Bari » v 2 p 257.

Shah Waliullah a mentionné que les Salaf avaient des différences sur les impuretés, conditions de la prière, et malgré cela ils priaient les uns derrière les autres sans Kirahah.

Imam Ahmad considérait que celui qui se faisait faire un Hijamah ou son sang sortait du corps, alors son ablution est annulée, et il fut interrogé à sur le fait de prier derrière quelqu’un dont le sang sort du nez et il ne refait pas les ablutions, et Imam Ahmad de répondre : “Ne prierai-je pas derrière Said ibnul Mussayab?” comme cité dans « Hujjatullah Al-Balighah » v 1 p 159.

Donc Imam Ahmad ne voyait aucun problème dans le fait de prier derrière les autres Imams ayant des Ijtihad différents de lui, alors que pour la même raison, les Mouqalids disent qu’il est Makruh de prier derrière les autres Madhabs.

Donc ceci est le résultat du Ta’assoub et Taqlid aveugle: Diviser la communauté en différents groupes se combattant les uns les autres, affaiblir la communauté.

Cette différence atteint le point d’avoir 4 Musallah dans le Haram de la Mecque, et ceci est interdis dans le Fiqh de nombreux Madhab (Hanafi, Shafi’i et Maliki, seul les Hambalis permettent deux Jama’ah dans la même mosquée) d’avoir deux Jama’ah dans la même mosquée, mais les Muqallids pour renforcer leur Taqlid aveugle ont abandonné leur Madhab et Taqlid sur ce point.

Ali Qari écrivit: “Si chaque Madhab a un Imam, comme de nos jours, alors le meilleur est de suivre l’Imam correspondent (à son Madhab), qu’il prit avant ou après, selon ce que les Musulmans ont approuvé (Istahsana) et la majorité des croyants agissent en fonction de cela parmi les gens des deux Haram, Al-Quds, Egypte, et Sham, et il n’a pas de considération à ceux parmi eux qui s’opposent à cela. » (Rad ul Muhtar v 1 p 564)

Certains comme ibn ‘Abidin Ash-Shami sont allé jusqu’à comparer le Mosquée du Haram aux mosquées de rues, permettant ainsi la répétition des Jama’ah, il écrivit: « Comme la mosquée de la Mecque et de Médine, elle n’a pas de Jama’ah fixe, donc la description de mosquée de Mahallah ne lui convient pas, plutôt ceci est similaire aux mosquées de la rue, et il a précédé qu’il n’y pas de Kirahah dans le fait de répéter la Jama’ah dans cela par consensus. » (Rad ul Muhtar v 1 p 553)

Mais cela n’est pas caché à personne que la Mosquée de la Mecque a des Imams fixes et les gens de la Mecque et Médine vivant proche u prient régulièrement, et son Hukm n’est jamais similaire aux mosquées de rues.

Que dire alors des mosquées en Syrie et Egypte ? Sont elles aussi des mosquées de rues ?

Ash-Sha’rani a cité d’après son shaykh Ali Khawas qu’il a entendu que des Shafiyah et Ahnaf faisaient l’Iftar avant l’heure pour se renforcer pour le débat contre l’opposant” (“Mizan ul Kubra” v 1 p 42)

Et Anwar Shah Al-Kashmiri a aussi cité que certains livres de Fiqh Hanafi possédaient un chapitre intitulé : “Si un Hanafi fait un Munazarah (débat) avec le Shafi’i dans le mois du Ramadhan, et il pense que le jeûne va l’affaiblir, alors l’Iftar lui est permis.” et Al-Kashmiri a critiqué de tels Fatawa par ces collègues Hanafis.(« Fayd ul Bari » v 2 p 196, Bab Fadlu Salatil Fajr fi Jama’ah)

Et cela ne s’arrête pas a changer le jugement d’Allah sur l’Iftar avec le Ray faux (Batil), mais jusqu’à ce combattre et s’entre-tuer, brûler les maisons des autres sans honte et remords.

Allamah Yaqut Al-Hamawi raconte des événements de la région de Ray : “Il y eut des combats entre Ahnaf et Shawafi’, et les Shawafi’ bien qu’étant moins nombreux étaient toujours vainqueur (Ghalib), et les Hanafis de Rustaq leur venaient en aide, mais cela ne changeait rien. Et cela allait à l’extrémité que seulement ceux qui cachaient leur Madhab ou transféraient leurs maisons dans les caves se sauvèrent. S’ils ne faisaient pas cela, nul n’aurait survécu” (« Mu’jam al-Buldan » v 3 p 117)

A propos de la région d’Asbahan, Al-Hamawi écrivit : “A cette époque et avant dans la région d’Asbahan et dans les villes proche d’ici, le Kharab (destruction) s’est répandu entre les Shafiyah et Hanafiyah à cause de beaucoup de Fitan et Ta’assoub. Ils ont combattu continuellement et à chaque fois qu’un camp devenait Ghalib sur l’autre, il détruisait et brûlait les maisons des autres, et ils ne ressentaient aucune honte à faire cela.” (« Mu’jam al-Buldan » v 1 p 209)

En Afghanistan et dans la frontière du Pakistan proche d’ici, de nombreux écoles et mosquées Ahlul Hadith ont été brûlées et détruites par les Déobandis Hanafis Mouta’assib. Et ceci date de longtemps, il y a plus de cent ans lorsque des disciples Afghans allaient à Dehli pour étudier les livres du Hadith auprès de shaykh Nadhir Hussayn Ad-Dehlawi, et à leur retour, lorsqu’ils ont essayer de propager des Fatawa selon les Ahadith authentiques selon d’autres Madhabs opposant les Hanafis, ils ont été forcé à l’exil, voyant leur domiciles régulièrement détruit et brûlés, et cela arriva à Shaykh ‘Abdullah Al-Ghaznawi, dont les descendants sont devenus les dirigeants de Jam’iayh Ahlul Hadith au Pakistan.

Shaykh Rashid Rida écrivit :”Un certain Hanafi de l’Afghanistan entendit un autre réciter la Fatihah et il était à coté de lui dans le rang, alors il le frappa dans sa poitrine d’une telle façon qu’il tomba, et il était proche de la mort, et il m’a été rapporté que certains cassaient le doigt de la personne priant, lorsqu’elle le bougeait dans le Tashahoud. » (Muqaddimah Al-Mughni p 12, 13)

Donc ceci est la même violence des Mouqallids Hanafis, avant s’était contre les Shafi’is, et comme en Inde il n’ont pas trouvé de Shafi’i, mais les Ahlul Hadith dont les positions sont proches du Madhab Shafi’i et Hambali et dans la prière ils sont d’accords avec Ash-Shafi’i comme le Raful yadayn, lire la Fatihah derrière l’Imam dans tous les cas, dire Amin à haute voix, et mettre le main sur la poitrine dans la prière, Tawaruk, et autres. Ces gens sont violents contre tous ce qui s’oppose à leur Madhab.

Et cette violence et folie Hanafi ne sont pas spécifiques à l’Afghanistan, mais en Inde il y a eux deux livres écrits approximativement il y a 150 ans faisant le Takfir des Ahlul Hadith et appelant les gens à les expulser des mosquées.

« Intizam ul Masajid bi Ikhraj Ahl uf Fitan wal Mafasid » de Muhammad Ludhiyanvi dans lequel il déclare les Ahlul Hadith apostats, demandent à l’état de les tuer et qu’aucun repentir ne doit être accepté d’eux, et ce livre est rempli de mensonges contre les Ahlul Hadith.

« Jami’ ush Shawahid fi Ikhrajil al-Wahabiyin minal Masajid » écrit par Wasi Ahmad Surti, comportant les signatures de nombreux Ahnaf de Ludhyanah, Deoband, Gangoh, Pani Pat, Rampur et autres.

Rashid Ahmad Gangohi, Mahmud ul Hassan Déobandi, Muhammad Ya’qub An-Nanotwi et d’autres ont signés cette partie de « Jami’ ush Shawahid » : “Lorsque la croyance de ce groupe est contre à la majorité, alors être innovateur est claire, et comme le Tajsim, la permission de plus de quatre femmes, dire des paroles de Fisq et Kufr sur les Salaf, alors en matière de prière, mariage et Zabeehah (manger la viande des animaux sacrifiés par eux), il faut la précaution, similairement à la précaution avec les Rawafid. »

Et ce livre aussi est rempli de mensonges contre les Ahlul Hadith, et à cause de ce livre, shaykh Nadhir Hussayn Ad-Dehlawi fut arrêté et proche d’être battu par le Sherif de la Mecque qui était Soufi et opposant au mouvement de Muhammad ibn Abdil Wahab qu’ils appelaient Wahabiyah.

Beaucoup de ces Hanafis ne supportaient pas la propagation des enseignements du Hadith et des Masail de Malik, Ash-Shafi’i, Ahmad; Ath-Thawri, Layth ibn Sa’d ou al-‘Awzai dans le sous-continent indien. Et pour protéger leur Fiqh, ces Hanafis auraient pu répondre de manière scientifique aux Ahlul Hadith, mais de plus en plus de gens venaient étudier le hadith à Dehli auprès de Shaykh Nadhir Hussayn Dehlawi, disciple de Shah Ishaq, arrière petit-fils de Shah Waliullah. Et Nadhir Hussayn avait hérité de l’enseignement du Hadith à Dehli, et cette position était reconnue du fait de la grande renommé de la famille de Shah Waliullah Dehlawi, qui de façon systématique donnait préférence aux Dalils par rapport au Madhab Hanafi, comme on peut le voir dans son « Hujjatullah Balighah » ou son Sharh de « Mouwatta Malik ».

Et de nombreux Mouhadiths comme Shamsul Haqq al-‘Azimabadi et ‘Abdur Rahman Al-Moubarakpuri furent disciple de Nadhir Hussayn Ad-Dehlawi, et l’immense majorité des Mouhadiths Ahlul hadith ont leur Isnad des livres de Hadith jusqu’à Nadhir Hussayn Ad-Dehlawi. Il est connu que les Ahlul Hadith en Inde ont été répandu en Inde par les enseignements de Nadhir Hussayn Ad-Dehlawi, et les livres de Nawab Siddiq Hassan Khan, qui a résumé et expliqué les ouvrages de Qadhi Ash-Shawkani.

Donc les Hanafis ne parvenaient pas à stopper ce qui était contre leur Madhab, et ils décidèrent donc de faire arrêter un de leur leader, Nadhir Hussayn Ad-Dehlawi lorsqu’il se rendit au Hajj. Un groupe de Hanafi dont Imdadullah Al-Makki, Rahmatullah Al-Hindi, ‘Abdul Qadir Al-Badayouni, fils de Fadl ur Rasul Al-Badayouni, écrivit au Sherif de la Mecque disant que Allamah Nadhir Hussain était un Wahabi, et il fut ainsi mit en prison par le Chérif et interrogé sur son credo. Et il fut seulement libéré par l’intervention des britanniques, qui étaient alors colons de l’Inde.

Et si quelques Hanafis disent que Shaylh Nadhir Hussayn Ad-Dehlawi était un agent des anglais, alors pourquoi fut-il mis en prison pour plus d’un an lors des émeutes vers la fin du 19ème siècle ?

Voir le livre de Shaykh Nadhir Ahmad Ar-Rehmani : “Ahlul Hadith or Syasat” où il est affirmé que Imdadullah Al-Makki était parmi les comploteurs Hanafis cherchant a nuire à Nadhir Hussain Dehlawi, et comment il s’est rassemblé avec ‘Abdul Qadir Al-Badayouni, qui avait la croyance Bralwi de Shirk (le Prophète (saw) connaît le Ghayb depuis se création, il est présent partout, est Moukhtar Kull et a reçu d’Allah tous les pouvoirs, enlever le mal, donner des enfants, donner Rizq…) pour défendre leur Madhab Hanafi.

Beaucoup de Ahnaf n’ont pas épargné leurs propres savants Hanafis qui suivaient les Ahadith authentiques et opposaient leur Madhab, comme Aboul Hassan Al-Kabir As-Sindhi, Shaykh de Muhammad Hayat As-Sindhi, Shaykh de Muhammad ibn Abdil Wahab.

Shaykh Aboul Hassan Al-Kabir est connu pour les épreuves qu’il a subies pour mettre les mains sur la poitrine dans la prière, ainsi que pour le fait de lever les mains avant et après le Ruku’. Muhammad ‘Abid As-Sindhi dans son livre “Tarajimu Shuyukh” affirme que le shaykh performait cette action se basant sur les Ahadith authentiques. A cette époque shaykh Abou Tayib As-Sindhi faisait des débats avec Aboul Hassan, mais ils ne pouvaient donner de réponses lorsque les preuves lui étaient données. Donc il se plait auprès du Qadhi de Médine qui arrêta Aboul Hassan. Lorsque le Qadhi entendit les preuves, il réalisa que cet homme était un spécialiste dans de nombreuses branches de la religion, et il est meilleur de le relâcher, et la situation resta ainsi plusieurs années.

Ensuite vint un temps ou le Qadhi désigné fut un Hanafi zélé et dans peu de temps une plainte lui fut adressé concernant les points de vues du shaykh. Shaykh Aboul Hassan fut ordonné de cesser le Raful Yadayn et de placer les mains sous le nombril. Mais le shaykh répondit qu’il n’obéira pas à de tels ordres. Ainsi le shaykh fut emprisonné six jours dans un lieu sombre extrêmement inconfortable. Ce après quoi les gens de Médine vinrent auprès du Shaykh et lui conseillèrent de faire ce que le Qadhi lui demandait afin d’être libéré. Le shaykh répondit qu’il ne ferait aucune action qui n’est pas prouvée de façon authentique du Prophète (saw) et qu’il n’abandonnera pas ce qui est prouvé. Ce après quoi le shaykh prêta sermon qu’il continuera à faire cela. Et après cela, les gens vinrent auprès du Qadhi demandant la libération du Shaykh. Le Qadhi accepta difficilement, mais jura que s’il voyait le shaykh mettre les mains sur la poitrine, il le mettra a nouveau en prison.

Le shaykh fut libéré enfin, et après cela il se couvrait d’un habit et mis ses mains sur sa poitrine dans la prière. Plus tard lorsque la nouvelle de la mort du Qadhi parvient lui parvint, le shaykh, qui était en état de prière jeta son habit et plaça ses mains sur la poitrine ouvertement.

Cet événement a été cité par Shaykh Badi’udin Shah Ar-Rashidi As-Sindhi dans sa Risalah intitulé en anglais “The position of the hands in the Salah of the Prophet (saw)” et de même que dans son Takhrij en langue arabe du « Juzz Raful Yadayn » de Al-Boukhari intitulé “Jala ul Aynayn”

Donc ce Qadhi Hanafi était atteint de la maladie du Ta’assoub, et ne pouvait supporter les opinions de Ash-Shafi’i et autres.

Un parfait exemple de Ta’assoub dans le siècle dernier est Muhammad Zahid Al-Kawthari, cet homme se moqua de Ash-Shafii, Malik, Ahmad et beaucoup d’Imams parmi les Salaf, et je ne connais aucun savant Hanafi qui ai dit une seule critique contre Al-Kawthari, plutôt son disciple Abu Ghouddah est plein d’éloges pour son maître, de même que Youssouf Al-Binnori, un des grands parmi les Déobandis, dans son introduction au livre “Maqalat” de Al-Kawthari. Seul les Salafis, ainsi que certains Soufis non Hanafis ont écrit contre lui comme Said Mamdouh et d’autres.

Pour les Hanafis, ils semblent que tout est permis tant que l’on supporte le Madhab Hanafi. On assiste en fait dans le cas de Kawthari a un silence collectif des Hanafis, ce qui est un échec total de leur part à condamner les excès des leurs.

Ahmad Al-Ghumari dans son livre “Biyan Talbis Al Muftari Muhammad Zahid Al Kawthari” publié avec les notes de Ali Hassan Al Halabi rapporte les insultes de Kawthari contre de nombreux Imams, comme Al-Kawthari disant que Ibn Hajar suivaient les prostituéss dans les rues, et beaucoup de mensonges contre Khatib Al-Baghdadi.

Al-Ghumari traita son propre enseignant Al-Kawthari dans ce livre de fou, malade, injuste, menteur, traître et beaucoup d’autres termes du genre jurer par Allah que si le Prophète (saw) revenait à la vie, Al-Kawthari démentirait ses paroles opposant son prophète Abou Hanifah, et autres termes disant que Al-Kawthari adore Abou Hanifah qui est sa divinité et son prophète.

A propos de Imam Malik, Al-Kawthari le traita de criminel, et dit p 116 de son “Tanib ul Khatib” comme cité par Al-Ghumari : “Les grands anciens Malikiyah ont trois avis concernant de telles paroles de Malik” et après les mentionnés, il dit : “Et il est claire de ces paroles, si elle sont prouvés de ce qu’il lui ( Malik) est attribué, alors celui qui dit cela est un Mujrim (criminel) et comment fait on le taqlid du criminel dans ses crimes?”

A propos de Ash-Shafi’i dans son “Ihqaq ul Haqq” p 40, Al-Kawthari se moqua de Ash-Shafi’i pour avoir deux positions dans de nombreux sujets, et ensuite il mentionna une histoire mensongère, un étudiant parti étudier auprès de Shafi’i et lorsqu’il revint, il fut interrogé : Y a t’il un doute au sujet d’Allah ?, et l’étudiant de répondre : Il y a deux avis de Ash-Shafi’i sur cela.

Sur Imam Ahmad, Al-Kawthari dit p 141 de son « Tanib » : “Et les Fouqaha qui ne sont pas d’accords avec le fait d’inscrire les avis de Ahmad avec les Fouqaha, ne sont pas peu, comme il est pour eux Ghayr Faqih.”

Sur Imam Ibn Khouzaymah, Al-Kawthari a atteint le paroxysme dans la folie humaine et le délire total, l’injustice absolue. Il dit dans son livre “Maqalat” (p 330 Said Company Karachi, p 404 Maktabah Azhariyah) aussi introduit par Youssouf Al-Binnori, à propos de “Kitab Tawhid” de Ibn Khouzaymah :

“Et son auteur, ibn Khouzaymah l’a appelé “Kitab Tawhid” et pour les Muhaqiq parmi les gens de science, ceci est le livre du Shirk”

La même chose a été dite dans « Tanib » p 29 publié à Beyrouth. Et ce livre a été traduis en urdu par les Déobandis. Donc ces gens sont coupables pour soutenir le criminel de Al-Kawthari, introduire ces livres, les publier et les recommander.

Et il n’est pas caché des étudiants dans la science religieuse, que selon la position de la majorité, si un Mouhadith appelle à l’innovation, alors il est Majruh et ses narrations ne sont pas acceptées.

Il est écrit dans “Faydh Subhani Sharh Urdu Muntakhabul Husami” v 1 p 364 édition Meezan, traduit et expliqué par Jamil Ahmad Sakrodwi, enseignant à Darul Ulum Deoband :

” En ce qui concerne la personne du Hawa (de la passion), alors le Madhab choisit est que les narrations de celui qui a prie sa passion comme religion et a appelé les gens vers cela, ne sont pas acceptées.”

Et le savant Déobandi approuva que ceci est la règle des Hanafis concernant les narrations des innovateurs, s’ils appellent à leur innovations, alors elles ne sont pas acceptés. Et pour les narrateurs innovateurs qui n’appellent pas à l’innovation, la majorité des savants les acceptent, ainsi on trouve des Khawarijs, Murji’ah et autres dans les deux Sahih, et As-Souyouti a cité les noms des innovateurs dans les deux Sahih.

Et donc si Ibn Khouzaymah appelait au Shirk, il serait un apôtre à l’innovation, et ses narrations seraient rejetés, selon les règles de la majorité aussi approuvés par les Hanafis.

Alors que ibn Khouzaymah est Thiqah par agrément des gens du Hadith, donc dire que son livre du Tawhid affirmant les attributs d’Allah selon le sens littéral et laissant la science du comment à Allah, est le livre du Shirk, ceci revient à blâmer tous les Mouhadiths pour leur absence de critique face à ce présumé Shirk imaginaire. Ce Kawthari qui est un apôtre du Jahmisme ne s’est pas arrêté à Ibn Khouzayamah, combien de Muhadiths a t’il traité de Mujassim, comme Abu Shaykh dans son Tanib, et autres parmi les Salafs. Ainsi cet homme serait en train de corriger le manque des Salaf et Mouhadith qui n’ont pas critiqué ces Imams ? La Hawla wala Quwwata ila Billah.

Et l’aide d’Allah est recherchée contre l’injustice des ces Hanafis Jahmis.

Et Amin Okarvi, étudiant de Sarfraz Khan, est un Déobandi réputé du Pakistan, décédé il y a quelques années. Cet individu ignoble est considéré par les Déobandis comme le leader des débateurs, et ces écrits se trouvent sur des sites web Hanafis.

Il dit a propos de Ahmad ibn Sa’id Darimi dans son “Mass’oudi Firqe ke I’tiradhat ke Jawabat” p 41-42 et “Tajliyat Safdar” publié par Jam’iyat Isha’at Ulumil Hanfiyah v 2 p 348 :

Le narrateur est Ahmad ibn Sa’eed Darimi, qui était un innovateur de la secte des Mujassimah

Alors qu’aucun Mouhadith n’a jamais affirmé cela, et il est un narrateur de Al-Boukhari et Mouslim, agrée comme étant thiqah.

Donc Amin Okarvi est sur la même voie que Zahid Al-Kawthari appelant les Mouhadiths Moujassim sans citer cela d’aucun Salaf.

Shaykh Zoubayr Ali Zay dans son livre “Nasr ul Bari fi Takhrij Juzz Qiaraat” de Imam Al-Bukhari, a mentionné dans l’introduction ce que Amin Okarvi a dit dans son introduction de “Tahqiq Juzz Qira’at” p 12 sur Imam Al-Boukhari :

” L’Imam et Shaykh de Imam Al-Boukhari, Aboul Hafs Al-Kabir a envoyé un message à Imam Al-Boukhari d’enseigner le Hadith et de ne pas donner de fatwa”

Il mentionna la raison citant As-Sarkhasi Al-Hanafi dans son « Mabsout » v 30 p 298 affirmant que Al-Boukhari aurait donné la fatwa que si deux bébés boivent le lait de la même brebis, leur mariage sera interdit, et il n’y a pas d’Isnad de ce récit de As-Sarkhasi à Abu Hafs Kabir.

Imam Al-Luknawi a nié cette histoire dans son “Fawaid Al-Bahiyah” p 188, connaissant la grande science de Imam Al-Boukhari.

Quelle terrible moquerie et diffamation contre Imam Al-Boukhari, sans Isnad, alors que Anwar Shah Al-Kashmiri dans son introduction de « Fayd ul Bari » et Zakariyah al-Kandahlwi dans son introduction à « Lami’ Durari » ont tous deux affirmé que Imam Al-Boukhari était un Moujtahid Moutlaq et non Mouqallid Shafi’i, et ont répondu aux gens prétendant qu’il était Shafi’i.

Ces gens n’ont pas supporté les paroles de Al-Boukhari contre leur Imam dans son « Tarikh Kabir » et « Tarikh Saghir », ni ses paroles dans son « Sahih » dans le chapitres des ruses (Kitabul Hiyal) ou en faisant référence à Abou Hanifah, Al-Boukhari à dit qu’il a permis la tricherie entre Musulmans, et d’autres références disant : Qala ba’du Nass. Maintenant Imam Abu Hanifah n’est pas infaillible, et si des Salaf l’ont critiqué, ils faut accepter les critiques, et réformer ses ruses caduques, mais au lieu de cela, les Hanafis continuent à donner de nombreuses Fatawa de Hiyal (ruses).

Comme a dit Al-Haskafi dans l’introduction de « Dur ul Moukhtar » : Que la malédiction d’Allah selon le nombre des grains de sable soit sur celui qui fait la réfutation de Abou Hanifah.

Donc tous les Imams qui sur des points ont réfutés Abou Hanifah sont maudits par ses paroles.

Habib ur Rahman, principal de Darul Ulum Deoband, a dit dans son Hashiyah de “Jalalayn” que Shaykhul Islam Ibn Taymiyah était un Dhal wa Mudhil (égaré et égarant les autres)

Donc comme pour Al-Kawthari appeler à la croyance des Salafs, abandonner le Taqlid aveugle, combattre le Shirk et les innovations, ceci est l’égarement.

Muhammad Hassan As-Sanbhuli Ad-Déobandi dans son Sharh de « ‘Aqaid Nassafi » a comparé Ibn Taymiyah, ibnul Qayim, Ash-Shawkani, ibn Hazm et Dawoud Az-Zahiri à des chiens. Et ces 5 savants sont connus pour leur lutte contre le Taqlid aveugle.

Cela montre que ces gens sont des Mouqallids aveugles et ils ne sont pas près à abandonner leur Fiqh, qu’ils considèrent comme une loi révélée par Allah.

C’est pourquoi Mufti Muhammad Shafi’ Deobandi écrit dans son ‘Ma’ariful Quran” v 3 p 364 :

“D’après le Tahqiq de ‘Allamah ‘Abdu Raouf Al-Manawi le Sharih de Jami’ As-Saghir, la différence entre les écoles des juristes de cette communauté ont le même niveau que les lois des Prophètes précédents dans les temps anciens, bien qu’étant différentes, elles sont toutes les Ahkam d’Allah

Les lois des différents Prophètes étaient la révélation d’Allah, et l’une abrogeait l’autre, ou les deux étaient dans des régions différentes, mais sont les Ijtihadat des Fuqaha des révélations d’Allah ?

Shaykh Irshadul Haqq dit : ceci est un grand mensonge, Allah dit dans le Quran que si cela venait d’autre en dehors d’Allah, ils y trouveraient de nombreuses contradictions.

Donc ces différences ne viennent jamais d’Allah, certains Ijtihads sont justes et d’autres faux, ceux qui se sont trompés auront une récompense, et ceux qui ont eu raison deux récompenses.

Et les Ahlul Hadith respectent les différences basées sur les Dalil, dans le cas de la récitation derrière l’Imam, les Ahlul Hadith de l’Inde favorisent la position de Imam Ash-Shafi’i et Al-Boukhari que le Mouqtadi doit réciter la Fatihah derrière l’Imam dans tous les cas, que l’Imam récite à haute ou basse voix.

Cependant, les Ahlul hadith ne disent pas que ce qui ne récitent pas derrière l’Imam par Ijtihad, alors leur prière est vaines (Batil).

Shaykh Muhammad Gondhalwi a dit dans l’introduction de son livre “ Khayrul Kalam fi Wujub Qira’ah Khalfil Imam” p 33 :

“ Notre position est que la Fatihah derrière l’Imam, étant Furu’i et Ikhtilafi, alors c’est un cas d’Ijtihad. Celui qui fait un Tahqiq intense et pense que la Fatihah n’est pas obligatoire (Fardh), dans le cas Jahri ou Sirri, et il agit selon son Tahqiq, alors sa prière n’est pas Batil”

Alors que certains Hanafis ont dit que celui qui récite derrière l’Imam, ses dents doivent être brisées et la bouche doit être rempli de sable. Voilà la violence des Muqallids.
.
Hussayn ibn ‘Ali As-Saghnani (m 711) a dit dans “Nihayah Sharh Hidayah” comme cité dans “Imam ul Kalam” p 40 de ‘Abdul Hay Al-Luknawi à propos de celui qui récite derrière l’Imam :

“Et d’après ‘Abdullah Al-Balkhi, il dit que sa bouche doit être rempli de sable, et il a été dit qu’il est préférable de casser ses dents

Al-Haskafi dit dans “Dur ul Moukhtar” v 1 p 544-555 :

“Dans « Durar ul Bihar » d’après « Mabsut Khawahir », il est ajouté que sa prière est Fasid et il devient Fasiq”

A ce sujet, certains zélés ont même inventé des Ahadith, comme le hadith : ” Celui qui récite derrière l’Imam, sa bouche sera rempli de feu” mentionné par ibn Tahir Al-Hanafi dans son “Tazkirah” et il dit : “Il y a dedans ( la chaîne) Mamoun ibn Ahmad Al-Harawi, un Dajjal, il rapporte des fabrications”

’Abdul Hay Al-Luknawi dit dans son “Ta’liqul Mumajjad ‘ala Mouwatta Muhammad” p 99 :

“ Et Sahib Nihayah et d’autres ont mentionné de façon Marfou’ avec les mots : “Il y aura des pierres brûlantes dans sa bouche” et il n’y a pas de base à cela (la asla lahu).

Et ce Mamoun ibn Ahmad Al-Harawi a aussi narré le hadith : “Celui qui fait le Raful Yadayn dans la prière, il n’y a pas de prière pour lui” aussi mentionné par Ibn Tahir dans son “ Tazkiratul Mawdu’ah” p 87, comme cité dans « Sisila Ad-Da’ifah » n° 568 et 569.

Ceci est la conséquence du Taqlid aveugle et Ta’assoub. Regardez l’état pitoyable de ces gens, mentir sur le Prophète à cause de leur Madhab.

Dans la revue “Al Hadith” d’août 2006, Shaykh Zoubayr ‘Ali Zay a montré plusieurs insultes contre des Mouhadiths de Habibullah Daerwi Hayati Déobandi, disciple de Sarfraz Safdar Khan, Mouhadith Déobandi, et Daerwi aussi est un savant reconnu chez les Déobandis.

Sur Al-Bayhaqi, Daerwi écrit dans « Tawdih ul Kalam par ek Nazar » p 136 : “Chers lecteurs, dans cette citation Hadhrat Imam Bayhaqi a fait une terrible Khyanah (tricherie).”

Sur Hafiz Ad-Daraqoutni, il dit dans le même livre p 306 : “Ce qui rend claire le partie pris et la partialité de Ad-Daraqoutni.”

En ce qui concerne Al Hafiz, Al Imam Abou ‘Ala An-Nisapouri, Daerwi osa dire p 304 du même livre : “Abou ‘Ala Hafiz est un Zalim (injuste)

Quand vont ces Mouqalids parmi les Ahlur Ray cessez leurs violences verbales et injustices contre les Imams de cette communauté ?

Et cela accentue ce que les Ahlul Hadith ont toujours dit sur les Déobandis et autres Mouqalids, ils ne font pas confiance en les Mouhadiths qu’ils accusent parfois d’être Shafi’i, ou partiaux et Mouta’asib, et soi-disant seul les Hanafis craindraient Allah et seraient justes. Certains d’entre eux comme Al-Haskafi dans son introduction de « Dur ul Moukhtar », affirment même sans aucune honte que ‘Issa (aley salam) jugera avec le Fiqh Hanafi lors de son retour. Donc ces gens sont extrêmement malade du Ta’assoub et ont perdu toute raison.

Alors que les Mouhadiths ont fait des efforts titanesques pour préserver et enregistrer les Sounnah du Prophète (saw), et ils ont fait cela avec la plus grande honnêteté, et n’ont pas classé les hadiths pour favoriser aucun Imam ou Madhab, plutôt ils cherchent les Hadiths authentiques et jugent avec cela.
Qu’Allah envoi la Salah et le Salam sur le Prophète (saw), sa famille et ses compagnons et ceux qui les suivent.

Compilé par Ali Hassan Khan