Défence de l’Imam Na’eem ibn Hammad

Imam Na’eem ibn Hammad est un Imam de la Sounnah, connu pour sa réfutation des Jahmiyah, et il mourut en prison lors de l’inquisition des Mou’tazilites concernant la création du Quran, inquisition lors du règne Abbaside et préparé par ibn Abi Duwad Al-Hanafi al-Mou’tazili et d’autres.

Hafiz ibn Kathir dit dans son Tafsir au sujet de l’Istiwa d’Allah dans Surah A’raf Ayat 54:

Véritablement, nous affirmons ce que les Imams ont dit, comme Na’eem ibn Hammad Al-Khouza’i, shaykh de Imam Al-Boukhari : « Quiconque établit une ressemblance entre Allah et Sa création a commis du Kufr. Quiconque renie ce avec quoi Allah s’est décrit Lui-même aura commis du Kufr. Certainement, il n’y a pas de ressemblance (entre Allah et la création) dans ce avec quoi Allah et Son Messager (saw) L’ont décrit. Quiconque atteste les attributs d’Allah que les verset claires et les Hadiths authentiques ont mentionnés, avec une façon qui convient à la Grandeur d’Allah, tout en reniant tout défaut à Lui, aura choisi la voie de la guidée. »

Mais Habibullah Daerwi Dédobandi, disciple du Mouhadith Déobandi Sarfraz Safdar Khan, attaqua ce grand Imam avec Ta’assoub, tromperie et des mensonges.

Lorsque Hafiz Qasim de Gujranwala écrivit un livre « Hidayah ‘Awam ki ‘Adalat mein » montrant les nombreuses narrations sans bases dans le livre de Fiqh Hanafi « Al-Hidayah », cela irrita le Ghali Mouta’assib Deobandi Habibullah Daerwi. Il écrivit un livre intitulé « Hidayah ‘Ulema ki ‘Adalat mein », mais au lieu de défendre les erreurs dans « Al-Hidayah », il imputa des erreurs dans le « Sahih Al-Boukhari », auxquels Shaykh Irshad ul Haqq Al-Athari répondu dans son livre « Imam Bukhari par ba’dh I’tiradhat ka Jaizah ».

Donc je vais mentionné les réponses de Shaykh Irshad contre les attaques de Daerwi contre Na’eem ibn Hammad. La traduction de Shaykh Irshad ul Haqq a été adaptée et légèrement résumée. Certains termes comme Daerwi Sahib or Janab Daerwi ont été traduis par Daerwi, de même que le mot « Hadhrat » a été omis, car ces termes sont spécifiques à l’urdu et les gens des autres langues ne sont pas habitués à cela :

« La 17ème objection de Habibullah Daerwi contre Imam Al-Boukhari est :

« Imam Al-Boukhari s’est basé (Ihitjaj) dans deux endroits de son Sahih Al-Boukhari sur Na’eem ibn Hammad Al-Marwazi (Al-Boukhari v 1 p 56-543) alors que ce narrateur est faible, au point qu’il avait l’habitude de fabriquer des faux Ahadith » (“Hidayah ‘Ulema ki ‘Adalat mein” p 103-104)

Pour soulager le zèle de son coeur, il dit ensuite: “Il était un grand menteur, un rusé et comploteur. »

Qui est Na’eem ibn Hammad et comment est-il et ce que Daerwi fit et dit à son sujet ?

Les détails de cela sont qu’en premier lieu, ‘Allamah ‘Abdul Qadir Qurshi, un célèbre savant Hanafi dans son fameux livre « Jawahir Al-Madhiyah fi Tabaqat Al-Hanafiyah » le mentionna et dit qu’il était un disciple de Abou Hanifah et il le présenta comme étant Hanafi, et il ne mentionna aucune parole de Jarh sur lui, au contraire il le mentionna comme étant un grand Imam « Al-Imam Al-Kabir », donc il le décrit avec ce grand titre et mentionna aussi le Tawthiq de Imam Ahmad (sur Na’eem). (Al-Jawahir Al-Madhiyah v 2 p 402)

Et de même Shaykhul Hadith Maulana Zakariyah Kandhalwi (Marhum) écrivit aussi dans un endroit dans « Lami’ Ad-Durari » : « Les savants Hanafis parmi les enseignants de Al-Boukhari et les enseignants de ses enseignants sont nombreux, comme cela n’est pas caché pour les experts des livres sur les Rijal (narrateurs). » Ensuite lorsqu’il mentionna Imam ‘Abdullah ibn Al-Mubarak, Imam Yahya Al-Qattan, Imam Abu ‘Asim An-Nabil et d’autres, il mentionna aussi Na’eem ibn Hammad parmi les enseignants Hanafis de Al-Boukhari, et il donna la référence de « Al-Jawahir Al-Madhiyah », voir son introduction p 64.

Donc Na’eem ibn Hammad est un Hanafi selon ces grands savants, plutôt Thiqah et “Al-Imam Al-Kabir »…donc s’ils (Daerwi et ses collègues pro-Kawthari) ne sont pas d’accord avec cela, alors il doivent rejeter ce que ‘Allamah Qurshi fit en disant qu’un groupe de Mouhadiths étaient Hanafis du fait d’être disciples de Imam Abou Hanifah, Imam Mouhammad ou Qadhi Abou Youssouf, donc ils ne doivent pas les (Mouhadith) déclarer Hanafi et mettre les gens du commun dans l’erreur (afin de montrer l’importance du Madhab Hanafi).

Na’eem ibn Hammad et les Imams du Jarh wa Ta’dil

Imam Ahmad ibn Hambal, Yahya ibn Ma’in, Al-‘Ijli ont déclaré Na’eem ibn Hammad comme étant Thiqah. Imam Abu Hatim dit: “Sa position est celle du Sidq”, et ibn Hibban aussi le déclara comme étant thiqah et dit que parfois il se trompait et avait du Wahm. Imam Ad-Daraqoutni dit : « Un Imam dans la Sounnah et il avait beaucoup de Wahm (Kathir ul Wahm) ». Maslamah ibn Qasim dit : « Il est Sadouq mais commet beaucoup d’erreurs. » Mais Imam An-Nassa’i le déclara comme étant faible, Imam Abou Dawoud dit qu’il avait 20 Hadiths sans bases. Il y a aussi la parole de ibn Ma’in disant: « Il n’est rien ». Abu Fath Al-Azadi dit que Na’eem ibn Hammad inventait des Ahadith faux pour supporter la Sounnah et Ad-Doulabi dit que certaines personnes disent que Na’eem fabriquait des Ahadith pour renforcer la Sounnah et avait l’habitude de rapporter des histoires afin de réduire le statut de Imam Abou Hanifah et elles étaient toutes des mensonges. » (Tahzib v 10 p 459-461, Mizan v 4 p 269, Al Kamil de ibn ‘Adi v 7 p 2486 et l’introduction de Fath Al-Bari p 447 et autres)

Imam ibn ‘Adi mentionna environ neuf Ahadith de Na’eem ibn Hammad et les critiqua, et il dit ensuite : « Et la majorité de ce qui lui est reproché est ce que j’ai mentionné, et j’espère que le reste de son Hadith est Moustaqim (correct). »

Selon Hafiz ibn Hajar, la parole la plus authentique est qu’il est “Sadouq et commet beaucoup d’erreurs” (Taqrib 359), et après avoir mentionné toutes les paroles, il dit: «L’intégrité et la véracité (‘Adl et Sidq) sont établi pour Na’eem ibn Hammad, mais les erreurs (Awham) sont nombreux dans ses Ahadith. Imam Ad-Daraqoutni dit qu’il est un Imam de la Sounnah et Kathir ul Wahm et Abou Ahmad Hakim dit : « Il opposa parfois sur certains Ahadith, et il a précédé qu’ibn ‘Adi rassembla les Ahadith dans lesquels il se trompa. Et ceci est la parole correcte à son sujet. » (Tahzib v 10 p 463)

Daerwi essaya de déclarer Na’eem ibn Hammad comme étant un menteur se basant sur les paroles de Imam Ad-Doulabi et Al-Azadi, mais il est regrettable qu’il donna la référence de Tahzib et vit le Jarh, mais il ne vit pas la réponse à cela présente dans Tahzib, donc il pris ceci à la légère et digéra cela (comme il ne pouvait pas répondre) : « Ibn ‘Adi l’accusa (c’est-à-dire accusa Ad-Doulabi) d’être un menteur, et ceci est éloigné de Ad-Doulabi qu’il soit accusé de mensonge, et ceci est seulement de son enseignant dont il narra cela, comme il (l’enseignant de Ad-Doulabi) est inconnu et est accusé de mensonge, et de même celui dont Al-Azadi rapporte disant : « Ils ont dit », et il n’y a pas de preuve dans cela du fait du manque de connaissance de celui qui a dit cela. » (Tahzib v 10 p 463)

Et de la même manière, il écrivit dans l’introduction de Fath ul Bari: « Et ibn ‘Adi répliqua à cela (Jarh sur Na’eem) disant que Ad-Doulabi était Mouta’assib contre lui (Na’eem) car il était dur envers les Ahlur-Ray, et ceci est correct »

Donc ce Jarh n’est pas accepté car Ad-Doulabi est un Mouta’assib Hanafi, et le Jarh de ce genre de personne Mouta’assib n’est pas acceptée. Sans aucun doutes, Hafiz ibn Hajar défendit Ad-Doulabi, mais ce qu’il faut remarquer est que Ad-Doulabi mentionna le Jarh en disant : « Et autre que lui (Ghayruhu) », et qui est cet « autre que lui » ? Et si ce Jarh était établi de la part d’un Mouhadith digne de confiance, Ad-Doulabi n’aurait pas hésité à mentionner son nom. Donc il y a quelque chose qui avait besoin de rester derrière les rideaux. Et si cette personne n’est pas digne de confiance, la justice exigeait de ne pas mentionner cela, ou il aurait du indiqué le nom, afin que le blâme ne soit pas sur lui. Donc à cause de ce parti pris et attitude injuste, ibn ‘Adi l’accusa d’être un menteur.

Hafiz Az-Zahabi dit: “Il (Ad-Doulabi) fut le premier à accuser Na’eem d’être un menteur » (Tazkirah v 2 p 321) et Hafiz ibn Hajar mentionna qu’il était un Ghali Mouta’assib Hanafi dans “Lisan Al-Mizan” v 5 p 41-42, et il mentionna que ibn Younous dit que Ad-Doulabi était faible et Imam Ad-Daraqoutni dit que les Mouhadiths parlèrent contre lui vers la fin lorsqu’ils furent au courant de sa réalité (Takalamu fihi lama Tabayana min Amrihi Al-Akhir). Donc la conclusion est que Ad-Doulabi est lui-même faible et Moutakalam fihi, en second lieu, ceci ne résulte que de son Ta’assoub, troisièmement ce (Jarh) est cité d’une personne inconnue, donc cela ne mérite pas d’être considéré.

Et de la même façon, ce que Al-Azadi a mentionné est aussi avec la parole : « Ils ont dit », donc la personne disant cela est inconnue comme dit par Hafiz ibn Hajar. En second lieu, Abu al-Fath Al-Azadi Muhammad ibnul Husayn al-Mawsouli est lui-même faible. ‘Abdul Qadir Al-Armawi dit que les gens de Mawsoul, c’est à dire ses compatriotes le déclarèrent faible, ils ne le prenaient pas en compte. Khatib Al-Baghdadi dit que son Hadith contient des Manakir. Hafiz Az-Zahabi dit qu’il (Al-Azadi) déclara dans son livre « Ad-Dou’afa » un groupe de personnes comme étant faible sans preuves alors que les Mouhadiths les déclarent Thiqah. Imam Barqani le (Al-Azadi) déclara aussi comme étant faible. (Lisan v 5 p 136, Tarikh Baghdad v 5 p 139, Sayr v 16 p 348, Mizan v 3 p 46 also v 1 p 4)

Hafiz ibn Hajar écrivit à propose de Ahmad ibn Shu’ayb en réponse au Jarh de Al-Azadi que sa parole n’est pas prise en compte car il (Al-Azadi) est lui-même faible (Mouqadimmah Fath Al-Bari p 386), et de même concernant Khaytahm ibn ‘Arak, il (ibn Hajar) déclara Al-Azadi comme étant faible (Mouqadimmah p 400).

Afin de réconforter Daerwi, nous ajoutons que Maulana Zafar Ahmad Uthmani (Marhum) rendit claire dans son «Anha As-Sakan » (nommé par certaines personnes comme « Qawaid fi Ulum al-Hadith ») que si celui qui critique est lui-même critiqué (Jarih est Majrouh) alors le Jarh n’a aucune valeur comme « Al-Azadi car il avait de la dureté sur sa langue » (Qawaid p 177). Ensuite il (Zafar ‘Uthmani) mentionna que Hafiz ibn Hajar le (Azadi) déclara faible, donc s’il est faible, comment son Jarh peut-il être fiable ?

Sahih Al-Boukhari et Na’eem ibn Hammad

Hafiz ibn Hajar dit que Imam Al-Boukhari prit les narrations de Na’eem ibn Hammad maqrounan (signifiant pour renforcer comme Moutaba’ah et non pour justifier), ses paroles sont : « Al-Boukhari a rapporté de lui Maqrounan » (Tahzib v 10 p 458). Et ceci a aussi été dit par ‘Allamah Al-Munziri dans At-Targhib wa Tarhib v 4 p 579, ‘Allamah Az-Zahabi dans “Sayr ‘Alam An-Nubala vol 10 p 596, “Al-Kashif” v 3 p 307 et “Diwan Ad-Dou’afah” p 319 et ‘Allamah Al-Khazraji dans “Khulasah” p 246.

Mais Daerwi pense que Imam Al-Boukhari dans son Sahih al-Boukhari (v 1 p 56-543) s’est basé (Ihtijaj) à deux endroits (sur Na’eem) et ce que Hafiz ibn Hajar a écrit dans Tahzib a été rejeté par lui même dans son introduction de Fath ul Bari. Donc il (Daerwi) écrivit: “La rencontre entre Imam Al-Boukhari et Na’eem ibn Hammad est prouvée, mais Imam Al-Boukhari s’est basé sur lui a deux endroits, et le reste de ses narrations sont Mou’allaq (sans Isnad). ‘Allamah Anwar Shah Kashmiri dit dans Faydh Al-Bari v 4 p 74 que certains savants ont dit que Na’eem ibn Hammad est seulement un narrateur sous forme Mou’allaq, mais cet Isnad les réfute, car ceci est Mousnad ici. De plus, Imam Hakim a clairement dit dans son “Moustadrak” kitab Al-Jana’iz que Imam Al-Boukhari s’est basé sur Na’eem ibn Hammad. Donc la ruse de ces savants qui ont compté Na’eem parmi les narrateurs des Ta’liqat n’a pas marché. Nous avons fais le Jarh de lui dans un autre lui. Ensuite ibn Jawzi compta cette narration de Al-Boukhari parmi les fabrications. » (“Hidayah ‘Ulema ki ‘Adalat mein” p 104-105)

Dans le but de rester bref, nous n’avons pas mentionné la citation de « Muqaddimah Fath ul Bari » ou « Faydh ul Bari », mais nous nous sommes contenté de la traduction de Daerwi. Nous allons réfuter ses malentendus dans le même ordre (qu’il les a présenté).

Dans les pages référés de Sahih Al-Boukhari, le premier Hadith est dans Kitab As-Salah, chapitre « Le vertu de faire face à la Qiblah » (Fadl Istiqbal Al-Qiblah), dans lequel Imam Al-Boukhari a mentionné le Hadith de Anas avec trois Isnads :

Le premier Sanad : ‘Amr ibn ‘Abbas dit, ibn Al-Mahdi nous rapporta, Mansur nous rapporta d’après Maymoun ibn Syah d’après Anas.

Le deuxième Sanad : Na’eem nous rapporta, il dit ibnul Moubarak nous rapporta d’après Humayd At-Tawil d’après Anas.

Le troisième Sanad : Ibn Abi Maryam dit : Yahya nous informa : Humayd nous rapporta : Anas nous rapporta et ‘Ali ibn Abdillah dit : Khalid ibnul Harith nous rapporta, il dit : Humayd dit : Maymoun ibn Syah demanda à Anas ibn Malik.

Maintenant la justice est exigée, la narration de Na’eem ibn Hammad qu’Imam Al-Boukhari a rapporté en seconde position, est ce par Ihtijaj (pour se baser sur Na’eem) ou Moutaba’ah (suivie d’autres chaînes pour renforcer) ?

Ibn Hajar dit de même dans Tahzib : « Al-Boukhari a rapporté de lui Maqrounan » ce qui a été traduit par Daerwi lui-même : « Maqrounan signifiant Moutaba’atan (pour suivre), c’est-à-dire il ne se basa pas sur lui. » (“Hidayah Ulema ki ‘Adalat mein” p 104)

Donc il est clair que le premier Hadith de ce chapitre est pour se baser et le second pour Moutaba’ah, et le troisième supporte le second comme Moutaba’ah, mais il est regrettable que Daerwi avec sa faible compréhension déclare que la seconde narration est pour Ihtijaj (se baser).

Pour ce qui est de la deuxième narration (de Na’eem), ceci est dans « Kitab Al-Manaqib », chapitre « Al-Qisamah fil Jahiliyah » dans lequel Imam Al-Boukhari rapporte six narrations, et la cinquième est : Na’eem ibn Hammad nous rapporta : Houshaym ibn Hasin d’après ‘Amr ibn Maymoun, et ceci n’est pas Marfou’ (parole du Prophète (saw)) mais la parole de Amr ibn Maymoun Al-Adawi Al-Makhdarami mentionnant un histoire à l’époque de la Jahiliyah. Sans aucun doute, Imam Al-Boukhari mentionna cela de façon Mawsul (avec Isnad), mais ceci n’est pas pour prouver un point religieux ou pour se baser.

Imam Al-Boukhari mentionna dans ce chapitre et le chapitre précédant « Chapitre : les jours de la Jahiliyah » différentes narrations et faits liés à l’époque de la Jahiliyah. Avant cette narration de Na’eem, l’Imam (Al-Boukhari) a rapporté de ibn ‘Abbas que le Sa’i entre Safa et Marwah n’est pas une Sounnah mais ceci est depuis le temps de la Jahiliyah. Les mots sont : « Le Sa’i dans le milieu de la vallée entre Safa et Marwah n’est pas une Sounnah, le gens de la Jahiliyah le faisaient. » Et le but de Imam Al-Boukhari n’est pas de prouver que le Sa’i entre Safa et Marwah est une Sounnah ou non, mais son but est de montrer que le Sa’i existait à l’époque de la Jahiliyah, ceci est du temps de Hajirah (‘Aleyha Salam). Le jugement sur le Sa’i a précédé dans Kitab Al-Hajj, chapitre : « L’obligation du (Sa’i) entre Safa et Marwah. »

Et ceci est aussi le sens de la cinquième narration (celle de Na’eem), ceci est lié à l’époque de la Jahiliyah, et le but n’est pas de se baser sur cela pour prouver un point religieux. Si Daerwi considère cela comme de l’Ihitjaj, alors ceci est l’invention de sa poitrine. En ce qui concerne l’authenticité de cette narration, elle est authentique sans aucun doute.

Ce que Hafiz ibn Hajar écrivit dans Muqaddimah Fath Al-Bari est absolument non différent de ce qu’il avait dit dans Tahzib. Ses paroles sont : « Il ne rapporta pas de lui dans le Sahih excepté à un ou deux endroits. » (Muqaddimah p 447) Donc il mentionne ici le fait de rapporter de façon Mawsoul (pour Na’eem), et non que ceci est pour Ihtijaj (pour se baser), comme ceci est l’erreur de Daerwi. La narration (de Na’eem) est sous « Bab Al-Qisamah fil Jahiliyah », Hafiz ibn Hajar écrivit : « Et très rarement Imam Al-Boukhari rapporte de lui de façon mawsoul (avec Isnad), plutôt son habitude est de rapporter de lui sous forme de Ta’liq (sans Isnad). » (“Fath Al-Bari v 7 p 160)

Ce qu’il écrivit dans Muqaddimah Fath Al-Bari au sujet de un ou deux endroits (des narrations de Na’eem), ceci est pour les narrations Mawsoul, non le fait de faire Ihtijaj ou Istidlal, et ce qu’il écrivit dans « Tahzib » et ce que d’autres experts ont écrit, il n’y a absolument pas de contradictions dans les paroles de Hafiz ibn Hajar. Ceci est seulement la fausse conclusion de Daerwi et le résultat de son manque de compréhension.

Et de même la réfutation de ‘Allamah Kashmiri (Marhum) des savants qui pensaient que Imam Al-Boukhari ne rapporte des narrations de Na’eem que sous forme de Ta’liq, ceci ne contredit en rien notre affirmation (que Al-Boukhari ne s’est pas basé sur Na’eem).

Maintenant reste la parole de Imam Hakim que Imam Al-Boukhari s’est basé sur Na’eem ibn Hammad, alors ceci est sans aucun doute une erreur de Imam Al-Hakim. Malgré les efforts (de Daerwi), les deux narrations qu’il affirmait que Imam Al-Boukhari les a rapporté pour se baser, vous avez vu leur réalité. L’affirmation sans preuve de Imam Al-Hakim ne peut rien prouver. Et il y a beaucoup d’erreurs dans « Al-Moustadrak », nous avons beaucoup de ces narrations dans notre esprit, mais nous allons ne pas les citer et nous contenter des paroles même de Daerwi : « Imam Al-Hakim commet beaucoup d’erreurs. Il y a beaucoup d’erreurs dans son « Moustadrak ». Parfois, il déclare certaines narrations faibles et fabriquées comme étant selon le standard des deux Shaykh (Al-Boukhari et Mouslim). C’est pourquoi ‘Allamah Az-Zahabi a rendu ces erreurs apparentes dans « Talkhis Al-Moustadrak ». Parfois, ‘Allamah Az-Zahabi se fatigua de ces erreurs apparentes et se fâcha et s’adressa à Imam Al-Hakim : « Ne crains-tu pas Allah, O auteur, de mentionner de tells faussetés ? » Mina est un narrateur Rafidi et menteur selon les Mouhadiths, et Imam Al-Hakim affirme que Mina a rencontré le Prophète (saw) et il a aussi rapporté du Prophète (saw). Imam Az-Zahabi dit qu’aucun humain n’avait dit cela excepté Al-Hakim, alors qu’il (Mina) était un Tabi’i et son intégrité est tombée (Saqit) et Imam Abou Hatim dit qu’il était un Kazzab, il ment et ibn Ma’in dit qu’il n’est pas Thiqah, O auteur, n’as-tu pas honte de rapporter de telle mensonge avec de tel Isnad dans ton « Moustadrak ‘ala Shaykhayn » (Talkhis v 3 p 160) et Hafiz ibn Hajar écrivit dans Taqrib que Mina est Matrouk ul Hadith (abandonné dans le hadith) et il est accusé de Rafd, et Abou Hatim le déclara menteur, et Al-Hakim commis un telle erreur de le déclarer comme étant un Sahabi. » (“Nur As-Sibah” p 62-64)

O lecteurs! Faîtes justice! Lorsque Imam Hakim commet de telles erreurs dans les narrateurs et Hadith, comment peut-on se baser sur sa parole opposant tous les autres Mouhadith que Imam Al-Boukhari s’est basé sur Na’eem ?

La malhonnêteté de Daerwi

‘Allamah Al-Kashmiri considère Na’eem ibn Hammad comme un narrateur du Sahih Al-Boukhari et il ne l’a jamais déclaré faible, menteur ou fabricateur et autres. Mais il est regrettable que Daerwi osa citer de lui pour prouver que Na’eem est faible et que sa narration (dans Sahih Al-Boukhari) est fabriquée. Donc il cite de « Faydh ul Bari » : «Qad takallamna fi Na’eem ibn Hammad haza thumma Inna ibn Al-Jawzi adkhala hazal hadith fil Mawdou’at » (« Faydh ul Bari v 4 p 74, “Hidayah ‘Ulema ki ‘Adalat mein” p 105) : (ce que Daerwi traduis par) « Nous avons fais le Jarh de lui dans un autre lui. Ensuite ibn Jawzi compta cette narration de Al-Boukhari parmi les fabrications »

Alors que ‘Allamah Al-Kashmiri écrivit à propose de Na’eem ibn Hammad: “Cet Isnad est aussi forte (Qawwi) et il contient Na’eem ibn Hammad et il est parmi les narrateurs de Al-Boukhari, et la parole la plus juste dite à son sujet est qu’il est Sadouq et commet beaucoup d’erreurs, et ibn ‘Adi a rassemblé ses erreurs et a dit que le reste de son Hadith est Mustaqim (correct), Taqrib. » (“Nayl Al-Firqadayn” p 60)

Et ceci a aussi été dit par son disciple et beau-fils Ahmad Radha Shah Bajnori citant de ‘Allamah Al-Kashmiri: “Il (Al-Kashmiri) dit que Na’eem ibn Hammad est un narrateur de Al-Boukhari, donc il n’est pas facile de le faire chuter…Shah Sahib (Al-Kashmiri) dans sa Risalah « Nayl ul Firqadayn » a aussi mentionné une narration de At-Tahawi sur le fait d’abandonner RadulYadayn contenant Na’eem ibn Hammad et il dit que la narration est forte et que Na’eem est un narrateur de Al-Boukhari, et que l’avis le plus juste sur lui est qu’il est Sadouq. » (“Anwar ul Bari” v 7 p 45 comme cité dans “Lamhat” v 1 p 24-25)

D’après ces deux citations, Il est clairement prouvé que selon ‘Allamah Al-Kashmiri, Na’eem ibn Hammad est « Saduq Yahimu Kathiran ». Donc Daerwi en traduisant cette partie de « Faydh ul Bari » comme « Nous avons fais le Jarh de lui dans un autre lui » est complètement erroné et ceci est contraire au désire et à l’opinion de Al-Kashmiri. Si « Takalamna » (littéralement : nous avons parlé sur Na’eem) signifie «nous avons fais le Jarh », nous exigeons de la part de Daerwi de se réveiller et d’avoir le courage de montrer cela dans les écrits de ‘Allamah Al-Kashmiri (qui sont environ une douzaine) qu’il a fait le Jarh sur Na’eem. Autrement il doit admettre que cette traduction de la citation est contraire au sens de ‘Allamah Al-Kashmiri, et est dans tous les cas erronée.

Et ceci n’est pas fini! Regardez le niveau d’injustice, on a aussi essayé de donner l’impression de la citation de Al-Kashmiri que ibnul Jawzi a déclaré cette narration de Sahih Al-Boukhari comme fabriqué (et que Al-Kashmiri a approuvé cela). Inna Lillahi wa Inna ilayhi raji’un.

Alors que les réalité est que ‘Allamah Al-Kashmiri a défendu Na’eem ibn Hammad et cette narration de Sahih Al-Boukhari. Ni il n’a fait un Jarh sur Na’eem ni n’a déclaré son narration comme étant fabriquée. Regardez le résumé de ses paroles par Daerwi dont la traduction a été cite précédemment : « Certains ont dit qu’il est seulement un narrateur de Al-Boukhari sous forme de Ta’liq,non sous forme de Masanid, mais cette narration les réfute. Plutôt, Imam Hakim a affirmé que Imam Al-Boukhari s’est basé sur Na’eem ibn Hammad. Nous avons fais le Jarh de lui dans un autre lui. Ensuite ibn Jawzi compta cette narration de Al-Boukhari parmi les fabrications. »

Et regardez la réalité des paroles (de Al-Kashmiri) que Daerwi a négligé : « Et de même deux narrations de Sahih Mouslim (c’est à dire ibn Jawzi a aussi déclaré deux narrations de Mouslim parmi les fabrications). Les auteurs des « Tabaqat » ont clairement dit que ibn Jawzi coure sur des chamelles rapides et commet beaucoup d’erreurs, et je vois une autre difficulté, et ceci est qu’il rejette les Ahadith authentiques qui opposent son intelligence et qu’il n’aime pas comme le Hadith de ce chapitre…et As-Souyouti a clarifié dans « Al-Alali Al-Masnou’ah » que ibn Jawzi est extrême dans le fait de juger (les Hadiths) comme étant fabriqué jusqu’au point que sa sévérité devint fameuse comme la facilité (Tasahoul) de Al-Hakim dans l’authentification devint fameuse. C’est pourquoi ils n’ont pas pris en compte le Jarh de ibn Al-Jawzi et l’authentification de Al-Hakim excepté pour ce qui est prouvé pour eux. » (Faydh Al-Bari v 4 p 74)

Maintenant dites-nous, ‘Allamah Al-Kashmiri a t-il affaiblit Na’eem ou a déclaré sa narration comme étant fabriquée, ou plutôt il a défendu Na’eem et la narration qu’il a rapporté ? Si Na’eem était faible et sa narration fabriquée (selon Al-Kashmiri) quel est le but de le déclarer comme un narrateur du Sahih Al-Boukhari, de dire que sa narration est authentique et que ibnul Jawzi est Moutashaddid (trop dur). Et l’objection rationnelle (‘Aqli) contre cette narration (de Na’eem), ‘Allamah Al-Kashmiri a aussi répondu a cela, et Maulana Badr Alam a aussi défendu (Na’eem) contre cette objection dans les notes (de « Faydh ul Bari »). Si Daerwi avait critiqué cette narration du point de vue de son sens, alors nous aurions répondu et traduis les paroles de ‘Allamah Al-Kashmiri. Mais comme l’objection était seulement sur Na’eem ibn Hammad, nous nous contentons de citer cela.

Donc on peut voir la tromperie de Daerwi essayant d’altérer l’opinion de ‘Allamah Al-Kashmiri, et essayant d’affaiblir Na’eem le citant, et aussi (on peut voir) le niveau de l’honnêteté qu’il a manifesté.

Et ce n’est pas tout, plutôt dans un autre endroit de « Faydh ul Bari », il (Al-Kashmiri) a répondu à un Jarh de Abou Na’eem sur Na’eem ibn Hammad, et il a intitulé le sujet : « La réponse à ce qui objecté à Na’eem ibn Hammad » et il écrivit en réponse au Jarh sur Na’eem : « Il a été dit qu’il est un narrateur des Ta’liqat de Al-Boukhari, et j’ai recherché cela et trouvé des narrations Marfou’ à deux endroits, et l’attention sur cela a précédé. Et ce Na’eem ibn Hammad avait l’habitude de donner des faux témoignages pour le Sounnah et dans les défauts de Abou Hanifah comme dans son « Tazkirah » et malgré cela Al-Boukhari a beaucoup rapporté de lui dans son « Khalq Af’al ul ‘Ibad » donc il nous est obligatoire de faire un Tawil (une interprétation) pour Al-Boukhari, et nous disons que le sens de « Tazwir » pour la Sounnah signifie pour supporter la Sounnah et de même dans le cas de Abou Hanifah, il se réjouissait de cela (de rapporter cela) et non qu’il mentait lui-même, et excepté (ce Tawil), les mots apparents sont très dures. » (“Faydh Al-Bari v 4 p 145)

Donc on peut voir comment ‘Allamah al-Kashmiri a peiné dans la défense de Na’eem. Peut-on dire après cela que ‘Allamah Al-Kashmiri a fait un Jarh sur Na’eem ? Si Daerwi n’est pas d’accord avec le Tawil de Al-Kashmiri, alors au moins il ne doit pas l’inscrire dans le rang de ceux qui affaiblissent Na’eem.

Un Jarh sur le Hadith de Na’eem ibn Hammad

Daerwi écrit sur Na’eem ibn Hammad: “Na’eem a inventé un Hadith que le Prophète (saw) a dit: « Ma communauté se divisera en 71 sectes, et la plus grande Fitnah pour ma communauté parmi ces sectes sera un groupe qui fera le Qiyas avec leur Ray dans les affaires, ils rendront le Haram Halal et le Halal Haram… » Ceci est la narration que les Ghayr Mouqallid chante avec beaucoup de zèle pour condamner le Fiqh Hanafi. » (“Hidayah ‘Ulema ki ‘Adalat mein” p 106-109)

Il n’y a pas de doute que Imam ibn ‘Adi dans son “Kamil” a compté ce Hadith parmi les Manakir de Na’eem, et il a aussi été dit que les quatre Moutabi’ (narrateur du même niveau qui supportent Na’eem) ont aussi prit cette narration de Na’eem. ‘Allamah Az-Zahabi a cité cela de Imam ibn ‘Adi sur la mention de Ahmad ibn ‘AbdirRahman ibn Wahb, et Souwayd ibn Sa’id (Mizan v 1 p 113, v 3 p 249). Mais dans le mention de Na’eem, il (Az-Zahabi) a lui-même écrit à propose de ces quatre Moutaba’at : « Je dis : ces quatre, il n’est pas permis selon leur habitude de se mettre d’accord sur le faux, donc s’il y a une erreur, cela vient de ‘Isa ibn Younous. »

Donc Imam Az-Zahabi n’est pas d’accord avec l’avis de Imam ibn ‘Adi, et ensuite Daerwi lui-même a rendu claire que Imam ibn Ma’in a dis sur ce hadith : « Il n’a pas de base », et malgré cela il a dit : « Na’eem est Thiqah, et il a mélangé ce hadith, et il a été sujet de confusion sur ce Hadith. » (“Hidayah ‘ulema ki ‘Adalat mein” p 107)

Les Mouhadith Duhaym et Abou Zour’ah ont aussi dit que l’erreur vient de Na’eem; mais il n’ont pas dit qu’il est un menteur ou un fabricateur. Imam ibn ‘Adi a déclaré ce Hadith comme Mounkar, mais il n’a pas dit sur sa base que Na’eem est un menteur et autres, plutôt excepté quelques narrations, il dit que les autres narrations sont correctes.

La conclusion est que même si cette narration est déclaré Mounkar, cela ne conduit pas à rendre Na’eem menteur ou nécessitant sa chute, un narrateur Thiqah et Sadouq rapportant quelques narrations Mounkar ne le fait pas chuter du niveau de Thiqah, et le détail de cela peut être vu dans “Raf’ wa Takmil” (de Abdul Hay Al-Luknawi) p 143, p 150, mais lorsque certains humains deviennent entêté abandonne les règles, alors la guérison est difficile.

Pour soulager Daerwi, nous allons aussi l’informer que les Ghayr Mouqallid ne sont pas les seuls a chanter cette narration avec zèle, mais plutôt un pure Mouqallid et ton enseignant Maulana Sarfraz Sahib Safdar l’a mentionné avec beaucoup de confiance et de plus il a cité son authentification par Al-Hakim et Az-Zahabi. Il écrivit en réfutation des Barwliyah : « Les gens qui performent le Qiyas en la présence de Shari’ Dalil sont les plus grands criminels auprès d’Allah (Ta’ala), spécialement lorsqu’ils ne sont pas capable de l’Ijtihad et Tafaqqouh dans le sens véritable. ‘Awf ibn Malik a rapporté du Prophète (saw) disant que ma communauté va se diviser en 70 et quelques sectes et celle qui fera la plus grande division seront les gens qui jugent avec le Ray, ils rendront le Halal Haram et le Haram Halal, Moustadrak v 4 p 430, et Al-Hakim et Az-Zahabi ont dit selon leurs conditions (Al-Boukhari et Mouslim)…et ceci est l’état des innovateurs de nos temps, ils se précipitent pour prouver toute chose avec leur raison faible, ils font le Tawil des textes claires et des Ahadith authentiques, ils s’égarent et égarent les autres. » (“Rah Sunnat” p 134)

Regardez donc l’enseignant respecté de Daerwi s’est lui même basé sur ce Hadith, et il a cité Imam Al-Hakim et ‘Allamah Az-Zahabi disant que ceci est authentique selon les conditions de Imam Al-Boukhari et Imam Mouslim, et il rend claire avec conviction l’égarement des innovateurs. Donc Daerwi doit aussi blâmer son enseignant respecté, pourquoi les Ahlul Hadith méritent seul cette punition ?

Et ceci est vraiment étrange de dire que le leader des Ghayr Mouqalidin Na’eem ibn Hammad pour renforcer la Sounnah et blâmer le Ray inventait des fausses narrations (“Hidayah ‘ulema ki ‘Adalat mein” p 109) alors que ‘Allamah Qurshi Al-Hanafi et Maulana Kandhalwi déclare Na’eem ibn Hammad comme étant Hanafi. Dites-nous, Na’eem est le leader des Mouqalid Hanafis ou le leader des Ghayr Mouqalidin ?

Pour les Ahlul Hadith tout savant est respectable, nous n’acceptons seulement le Prophète (saw) comme étant Ma’soum, et nous ne faisons pas comme les Jamid Mouqalid qui lorsqu’ils trouvent une narration ou une parole contre leur but essaient de s’échapper de cela sans raison. Et la haine et le ‘Inad manifesté contre des Sahabah comme Abou Hourayrah, Mou’awiyah, Wail, Wabisah ibn Ma’bad, jusqu’à des savants comme ibn Hajar, nous sommes au courant de cela, et la même chose est manifestée contre Na’eem ibn Hammad sans raison. A la fin, il est humain, il commet des erreurs, mais il n’est pas un menteur comme on est en train de le présenter.

Les paroles de ibn Ma’in et Imam Ahmad.

Les citations ont précédés que Imam Ahmad et Imam Yahya ibn Ma’in ont déclaré Na’eem ibn Hammad comme étant Thiqah, plutôt Imam Yahya a dit qu’il était Thiqah et Sadouq, and « Je le connais plus que tout autre, il était mon compagnon à Basrah » (“Tahzib” v 10 p 459 et autres) mais Daerwi écrivit: « Imam Yahya avait une bonne opinion de Na’eem et c’est pourquoi il le déclara comme étant Thiqah, ensuite cela (bonne opinion) disparu, Salih Al-Asadi dit qu’il entendit Yahya ibn Ma’in dire que Nou’yam n’est rien dans le Hadith » (“Hidayah ‘ulema ki ‘Adalat mein” p 108, “Tahzib” v 10 p 461)

De plus, il écrivit : « Et même si Imam Ahmad le déclara Thiqah, mais plus tard il le blâma, il est écrit dans “Tahzib” v 1 p 459 que Na’eem rapporte de narrateurs Ghayr Thiqah » (De même p 111)

Mais la faiblesse n’est absolument pas prouvée avec ces deux choses. En premier lieu, les paroles de Imam Yahya : « Laysa fil hadith bi Shayin » ne sont pas claires pour prouver la faiblesse. Maulana Zafar Ahmad ‘Uthmani (Marhoum) écrivit que « Laysa bi Shayin » est généralement utilisé pour signifier que le narrateur rapporte peu de Hadith et parfois Imam Yahya avec ces mots indique la faiblesse d’un Hadith particulier. (« Qawaid » p 417) et parfois cela vient aussi en tant que Jarh.

Mais lorsqu’il y a de la part d’un Imam du Jarh et du Ta’dil, et il n’est pas possible de savoir quelle est la dernière des paroles, alors dans ce cas la préférence est au Ta’dil et le Jarh sera considéré pour une cause spécifique, comme dit dans “Ar-Raf’ wat Takmil” p 172, 173 et “Qawaid” p 329-330. Donc lorsque Daerwi dit que ceci est la dernière parole de Imam ibn Ma’in, ceci est sans preuves, et dire que cela oppose le Tawthiq de Na’eem est un signe de l’ignorance des règles. Ce qui est à remarquer est que Imam ibn Ma’in défend Na’eem malgré le Qil wal Qala des autres, donc comment peut-on prouver que cette parole est la dernière ?

Et de même dire que les paroles attribuées à Imam Ahmad: “Il rapporte de Ghayr Thiqah” signifie un blâme, ceci est une pure invention de Daerwi. Si rapporté de Ghayr Thiqah est un blâme, alors Imam Abou Hanifah a rapporté des narrations de Aban ibn Abi ‘Ayash, Jabir Ju’fi, Jarah ibn Manhal, Muhammad ibn Saib Al-Kalbi, ‘Amr ibn ‘Ubayd, Nasr ibn Thurayf et d’autres menteurs et narrateurs abandonnés et faibles. Imam Ahmad lui-même a rapporté de ‘Amir ibn Salih, Muhammad ibn Qasim Asadi, ‘Amr ibn Harun Al-Balkhi, ‘Ali ibn ‘Asim Al-Wasiti, Nasr ibn Bab, Tulayd ibn Salman, Husayn ibn Hasan Al-Ashqar et autres narrateurs faibles (“As-Sarim Al-Munki” p 19). Imam Soufyan ath-Thawri a rapporté de plus de 80 narrateurs que ibn Mahdi et d’autres ont déclaré faibles (“Mizan” v 1 p 381) voir aussi “Tahzib” v 3 p 50, et il y a peu de Mouhadith qui ont été dit rapporter seulement de Thiqah, autrement tous les autres Mouhadiths doivent être critiqué (par Daerwi) comme ils ont rapporté de narrateurs faibles, et sinon pourquoi Na’eem ibn Hammad est il le seul visé par cela ?

La mauvaise compréhension de Daerwi

Et nous avons dit cela supposant que Imam Ahmad a dit cela, autrement la réalité est que ce « blâme » ne vient pas de la part de Imam Ahmad mais de la part de Imam ibn Ma’in, voici les paroles dans « Tahzib » v 10 p 459: « J’ai entendu Ahmad et Yahya ibn Ma’in dire que Na’eem est fameux pour chercher (le Hadith) ensuite il le blâma de rapporter de Ghayr Thiqah. »

Et Daerwi dit que celui qui est référé par l’article « il » est Imam Ahmad, ce qui est totalement faux, et celui qui est référé est ibn Ma’in comme il est le dernier à être mentionné comme l’exige la règle de grammaire, et ensuite Hafiz ibn Hajar mentionna cela de ibn ‘Adi, qui lui-même dit clairement dans “Kamil ibn ‘Adi” v 7 p 2482 : « Ensuite Yahya le blâma et dit qu’il rapporte de Ghayr Thiqah », et cette citation a aussi été mentionné par ‘Allamah Az-Zahabi dans “Sayr” v 10 p 597, et ici aussi il y a « Yahya le blâma » et Daerwi rendant Ahmad comme l’auteur de cette citation est le manque d’information de la part de Daerwi et sa mauvaise compréhension de la citation de « Tahzib ».

Imam Abu Hanifah et Na’eem ibn Hammad

Daerwi écrivit citant de “Tarikh Baghdad” et d’autres que Imam Abou Hanifah était un opposant fort aux Jahmiyah. Ensuite il dit que les Jahmiyah pour se venger envoyèrent un de leur Jahmi pour devenir l’étudiant de Nouh Al-Jami (disciple de Abou Hanifah) et Imam ‘Abdullah ibnul Moubarak (disciple de Imam A’zam) afin qu’il fasse de la Taqiyah et reste avec eux et ensuite attaque leur réputation. Ce Jahmi était Na’eem ibn Hammad, il est écrit dans “Mizan Al-I’tidal” v 4 p 264 que Na’eem lui-même a dit : « J’étais un Jahmi, mais lorsque j’ai recherché le Hadith, j’ai compris que l’affaire des Jahmiyah conduit au Ta’til (négation des attributs d’Allah). Il a lui-même reconnu qu’il était un Jahmi, et même si son abandon est établi de la même citation, mais cet abandon n’est pas prouvé, car l’ennemi d’une secte aime l’opposant à cette secte, et ne manifeste pas de l’animosité. Si Na’eem était un ennemi des Jahmiyah, alors il aimerait Imam Sahib (Abou Hanifah) mais il propagea la haine contre Imam Sahib. ‘Annas ibn Mous’ab dit que Na’eem ibn Hammad rassembla des livres contre Muhammad ibnul Hassan et son Shaykh Imam Abou Hanifah et contre les Jahmiyah » donc nous savons que son but était d’attaquer la réputation de l’ennemi des Jahmiyah Imam A’zam et autres. » (“Hidayah ‘ulema ki ‘Adalat mein” p 112-116)

Nous avons rassemblé les paroles de Daerwi avec précaution et montré sa charge. Regardez attentivement : toute cette opération n’est elle seulement pas pour la défense de Abou Hanifah ? Na’eem ibn Hammad ne dit rien contre Imam ‘Abdullah ibnul Moubarak, « étudiant de Imam A’zam » ; mais il rassembla des livres contre Imam Abou Hanifah et les Ahlur-Ray.

Si ceci est un crime, alors ‘Abdullah ibnul Moubarak déclara Nouh al-Jami comme étant un menteur et fabricateur, un inventeur de fausses narrations. Il n’y a pas de citation méritant d’être citée d’aucun Mouhadith faisant le Tawthiq de Nouh. Imam Hakim et Imam ibn Hibban sont allé jusqu’au point de dire que Nouh Al-Jami’ rassemblait toute chose sauf le Sidq (véracité), et nous recherchons le refuge d’Allah contre la trahison (“Tahzib” v 8 p 488). Et de même Imam ibnul Moubarak en dernier lieu a fait le Jarh de Imam Abou Hanifah et cessa de rapporter ses narrations comme mentionné dans “Al-Jarh wa Ta’dil” de Ibn Abi Hatim p 450 v 4 Q1, “Al-Majruhin” de ibn Hibban v 3 p 71, “Al-Intiqa” de ibn Abdil Barr p 151, “Tarikh Baghdad” v 13 p 416 et autres. Donc Imam ibnul Moubarak faisait-il de la Taqiyah en restant avec Imam Sahib (Abou Hanifah), et il le louait et le décrivait avec des nobles qualités, ensuite il l’opposa ?

Na’eem était-il un Jahmi?

La limite de l’injustice est que Na’eem a clairement dit qu’il était Jahmi ensuite s’est repenti, mais Daerwi dit que « cet abandon (Ruju’) n’est pas prouvé ». Donc il se repose sur sa première parole, quelle justice est-ce de renier la seconde ? ‘Allamah Az-Zahabi dit : « Il était dur contre les Jahmiyah » (“Mizan” v 4 p 268 « Il écrivit des livres contre les Jahmiyah » (“Mizan” v 4 p 268), plutôt écrivit 13 livres les réfutant (“As-Sayr” v 10 p 599). Son compagnon de voyage, plutôt disciple Imam ibn Ma’in dit aussi sur Na’eem : « Sahib us Sounnah » et Imam Ad-Daraqoutni dit : « Imam dans la Sounnah » (“As-Sayr” v 10 p 608) (“Tarikh Baghdad” v 13 p 306 et autres). Mais quel regret que pour défendre Imam Abou Hanifah, Na’eem est déclaré comme étant un Jahmi, un menteur et fabricateur, sans aucune honte et avec grande répulsion. Inna Lillahi wa inna ilahi Raji’un

De plus Na’eem ibn Hammad n’a pas écrit de livre contre Imam Abou Hanifah et Imam Muhammad les accusant d’être Jahmi, mais il les réfuta du fait de trop utiliser le Qiyas et le Ray pour établir les Masail, et Na’eem ibn Hammad n’est pas seul dans cette action, d’autres Mouhadiths ont aussi écrit à ce sujet des livres contre Imam Abou Hanifah, donc étaient-ils tous des Jahmis, qu’Allah nous pardonne de dire cela ?

Une histoire contre Imam Abou Hanifah

Imam Al-Boukhari rapporta dans son “At-Tarikh As-Saghir” p 171 une narration de Na’eem ibn Hammad disant que Abou Ishaq Al-Fazari l’informa qu’il était auprès de Soufyan Ath-Thawri lorsque le nouvelle de la mort de Abou Hanifah lui parvint, et il dit : « La louange est à Allah, ceci est une bonne chose qu’il mourût, il brisait les chaînes de l’Islam une par une, il n’y a pas eu quelqu’un ayant une plus mauvaise augure que lieu. »

Daerwi déclara Na’eem ibn Hammad comme étant un criminel à cause de cela. Daerwi écrivit : « Ceci est un mensonge, ceci montre que les Jarh de Mouhadith Ad-Doulabi et Abul Fath Al-Azadi étaient corrects. Maulana Mir Muhammad Sialkoti le prouva comme étant un menteur dans « Tarikh Ahle Hadith » » (“Hidayah ‘ulema ki ‘Adalat mein” p 116-117)

Alors que ceci a précédé que Mouhadith Al-Azadi est Majrouh et il est faible, et Mouhadith Ad-Doulabi est victime de Ta’assoub, plutôt Imam ibn ‘Adi qui cita cela de Ad-Doulabi, lui-même accusa Ad-Doulabi de mentir. Et Maulana Sialkoti (Marhum) fit aussi le Jarh sur Nou’yam se basant sur ces paroles.

Alors qu’en fait, Na’eem est innocent et il n’est pas le seul a rapporter de telles narrations. Imam ‘Abdullah ibn Ahmad mentionna cette parole avec peu de différence avec une autre chaîne : « Muhammad ibn Haroun nous rapporta, Abu Salih nous rapporta, Il dit : j’ai entendu Al-Fazari dire : « Al-Awza’i et Soufyan disaient qu’il n’y avait pas dans l’Islam quelqu’un ayant une plus mauvaise augure que Abou Hanifah. »

Abou Salih Mahboub ibn Mousa Al-Fara rapporta cela de Al-Fazari. Hafiz ibn Hajar dit qu’il (Abu Salih) is Sadouq. (“Taqrib” p 329)

Et celui qui rapporte de Abou Salih est Muhammad ibn Haroun Abu Nushayt, et il est aussi Sadouq (“Taqrib” p 320).

Donc il est absolument faux de faire un Jarh sur Na’eem ibn Hammad se basant sur cette histoire. Et les paroles de Imam Soufyan Ath-Thawri comme étant mécontent (de Abou Hanifah) au moment de la mort de Abou Hanifah sont rapportées de plusieurs voies (“Tarikh Baghdad” v 13 p 423). Et le détail de cela n’est pas possible ici, et humilier et attaquer Imam Abou Hanifah n’est pas notre but (Na’uzu Billah) mais le but est de montrer que Na’eem n’est pas seul dans le fait de rapporter cette histoire. Donc les paroles du Hanafi Mouta’assib Ad-Doulabi et de ses adeptes sur Na’eem ibn Hammad sont sans raisons et complètement fausses.

Une autre fraude de Daerwi

Il a été cite auparavant que Hafiz ibn Hajar a dit a propose de Na’eem: “ Saduq yukhti Kathiran” et il dit que la parole de ibn ‘Adi était la plus juste, donc excepté quelques narrations (environ neuf), le reste de son Hadith est correct (Mustaqim), et cette parole a aussi été déclaré correcte par ‘Allamah Anwar Shah Kashmiri, mais comment Daerwi peut-il agréer avec eux ? Il écrivit : « Na’eem commettait beaucoup d’erreurs. Hafiz Sahib dans « Talkhis ul Habir » v 3 p 90 mentionna un Hadith et dit : « Le Sanad contient Na’eem ibn Hammad, c’est-à-dire il est un célèbre narrateur faible » donc indiquer son nom est suffisant, donc Na’eem dans tous les cas ne mérite pas qu’on se base sur lui dans « Sahih Al-Boukhari » ». (“Hidayah ‘ulema ki ‘Adalat mein” p 118)

Quel regret que la position de Hafiz ibn Hajar est claire dans “Taqrib” “Tahzib” et “Muqaddimah Fath al-Bari” et cette position claire est négligée mais sa parole dans « Talkhis ul Habir » qui est avec des mots vagues est prise en compte qu’il est « un célèbre narrateur faible ».

Pour le consoler, nous allons lui présenter ce que son enseignant écrivit, Maulana Muhammad Sarfraz Khan Sahib Safdar écrivit : « Il a été cité de Hafiz ibn Hajar qu’il dit : « Je ne suis pas satisfait de mes écrits, car je les ai écrit au début, et je n’ai pu trouvé de compagnon pour les écrire, c’est pourquoi certaines erreurs restèrent dans certains lieux. Oui pour « Fath Al-Bari », son introduction, “Mushtabah”, “Tahzib” et “Lisan Al-Mizan”, je suis satisfait » et il est écrit dans un autre endroit qu’il a loué « Fath ul Bari », « Ta’liq » « Noukhbah » (« Badr ut Tali’), donc cela montre qu’excepté quelques livres, Hafiz n’était pas satisfait des autres et ne se reposait pas sur eux. » (“Ahsanul Kalam” v 1 p 203)

Nous exigeons de Daerwi de lire les paroles de son enseignant et de nous dire si “Takhis ul Habir” figure parmi ces livres? Lorsque ton enseignant excepté quelques livres ne se base pas sur les livres de Hafiz ibn Hajar, donc pourquoi la semi citation vague de « Talkhis ul Habir » contraire à son opinion dans « Muqaddimah Fath ul Bari », « Tahzib » peut-elle être digne de confiance ? Si les fraudes et tromperies de Daerwi marchent avec son groupe, cependant les gens de science et de raison ne sont pas prêts à les accepter.

Fin des paroles de Shaykh Irshad ul Haqq Al-Athari. Shaykh Irshad a aussi répondu à d’autres objections de Daerwi sur Na’eem, mais les principales ont été montrée ici.

Note : Zafar Ahmad Thanvi ‘Uthmani aussi dans son « Anha Sakan » publié par Abou Ghuddah Al-Kawthari avec ses notes sous le nom « Qawaid Ulul ul Hadith » attaqua Imam Al-Boukhari en disant que son Shaykh Na’eem ibn Hammad fut accusé de fabrication par Ad-Doulabi et il donna la référence de « Tahzib », et dit que ceci est peut-être la raison de la critique de al-Boukhari sur Abou Hanifah. Et Shaykh Badi’udin Shah Ar-Rashidi As-Sindhi lui a répondu dans son « Inma uz-Zakan » publié récemment sous le nom « Naqd Qawaid Ulum ul Hadith » et a accusé Zafar Ahmad Thanvi de tromperie, car il a donné la référence de la parole de Ab-Doulabi dans « Tahzib » mais a caché la réponse de Ibn Hajar et les paroles qu’il cita de ibn ‘Adi attaquant Ad-Doulabi.

Zafar Ahmad Thanvi a cité beaucoup de louange des Salaf sur Abou Hanifah cité par Qurshi Al-Hanafi dans son « Jawahir Al-Mardhiyah » sans aucun Isnad, mais il refuse d’accepter ce que Al-Khatib rapporte avec Isnad critiquant Abou Hanifah. Donc pour ces gens la réalité sur Abou Hanifah est ce qui vient sans Sanad cité par les Hanafis, et ce que les savants Houfaz ont rapportés avec des Isnads est faux, basé sur le Ta’assoub…seule les Hanafis sont honnêtes…les autres sont méchants.

Plutôt ils doivent accepter la vérité que leur Imam a été sévèrement critiqué par de nombreux Imam comme Al-Awza’i, Ath-Thawri, ibn ‘Uyaynah, Ahmad ibn Hambal, Al-Boukhari et d’autres, et il est possible pour Abou Hanifah de se tromper…mais les gens aveuglés ne peuvent accepter cela. Allahul Musta’an.

Qu’Allah envoi la Salah et le Salam sur le Prophète (saw), sa famille, ses compagnons et ceux qui les suivent.

Compilé par Ali Hassan Khan.